Didier Burkhalter défend la liberté d'expression

TurquieLe ministre turc des affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu est attendu en Suisse dimanche mais sa venue n'est pas encore confirmée.

Didier Burkhalter n'exclut pas des mesures «si les conditions de sécurité ne sont pas garanties».

Didier Burkhalter n'exclut pas des mesures «si les conditions de sécurité ne sont pas garanties». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Didier Burkhalter a défendu samedi la décision de ne pas interdire la venue du chef de la diplomatie turque en Suisse. Berne se base sur ses principes, dont la liberté d'expression, la primauté du droit et le dialogue avec Ankara sur tous les dossiers pendants.

Pour l'heure, il n'est pas encore certain que le ministre turc des affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu se rende bien en Suisse dimanche, a déclaré le conseiller fédéral sur les ondes de la RTS. Mais pas question de limiter les droits fondamentaux et la liberté d'expression.

De cette manière, on montre clairement aux autres pays qu'il est important de garantir ce genre de droits, a expliqué le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Raisons de sécurité

Si la Confédération n'interviendra pas pour limiter la liberté d'expression, il est «clair» qu'elle peut prendre des mesures si les conditions de sécurité ne sont pas garanties, a ajouté M. Burkhalter. M. Cavusoglu pourrait alors être empêché de se rendre où il l'avait prévu ou de faire ce qu'il a prévu, a-t-il dit. Une analyse de la situation est faite quasiment toutes les heures.

On a laissé des leaders kurdes s'exprimer en Suisse l'année passée, les leaders turcs doivent aussi pouvoir le faire dans le cadre de ce référendum du 16 avril sur la réforme de la Constitution turque, qui est très important pour l'avenir du pays, a-t-il souligné.

Selon lui, la Suisse a adopté une position «très claire» après le putsch avorté de juillet en Turquie, a rappelé M. Burkhalter. Elle l'a condamné et a fait en sorte d'avoir un dialogue «direct, franc, les yeux dans les yeux» avec Ankara. Il y a eu des contacts pratiquement tous les mois à plusieurs niveaux, relève M. Burkhalter.

Espionnage inacceptable

Dans ce contexte, la diplomatie helvétique a fait savoir à Ankara qu'il est «inacceptable» de mener des activités de police ou de renseignement sur le sol suisse. Une lettre émanant de l'ambassade de Turquie à Berne, révélée récemment, indique quelles institutions et associations sont soupçonnées d'être en contact avec le réseau du prédicateur Fethullah Gülen, accusé d'être l'instigateur du putsch.

Les autorités turques doivent passer par l'entraide judiciaire, «ce qu'elles ont d'ailleurs fait dans plusieurs cas». La Confédération est prête à étudier ces demandes, a précisé M. Burkhalter.

Dans le même contexte, Berne traitera «avec beaucoup de sérieux» les demandes d'asile déposées par des citoyens turcs. Selon le Conseil fédéral, la Suisse a enregistré depuis la tentative de putsch de juillet, 408 demandes d'asile de citoyens turcs, parmi lesquels il pourrait y avoir quelques détenteurs de passeports diplomatiques. (ats/nxp)

Créé: 11.03.2017, 19h35

Le ministre attendu en France dimanche

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu est attendu dimanche en France à Metz (nord-est) après avoir été empêché samedi de se rendre aux Pays-Bas, créant une crise diplomatique entre Ankara et La Haye, ont indiqué les autorités locales.

La venue du ministre turc «est confirmée», a indiqué Alain Carton, secrétaire général de la préfecture de Moselle, qui représente l'Etat français localement.

Mevlut Cavusoglu est attendu à Metz «en début d'après-midi». «Une salle du centre des congrès est louée par une association turque locale», l'Union des démocrates turcs européens section Lorraine (UETD), a-t-on précisé.

Le déplacement du ministre turc en France a été «accepté par le ministère des Affaires étrangères» a déclaré M. Carton, en rappelant que «la préfecture est chargée de la sécurité de la manifestation et des abords et du fait qu'il n'y ait pas de trouble à l'ordre public, ce qui a priori ne sera pas le cas».

Articles en relation

La Haye interdit au ministre turc d'atterrir

Pays-Bas Les tensions autour de la campagne pro-Erdogan menée par le gouvernement turc ont tourné à la crise diplomatique. Plus...

Les pro-Erdogan se sont réunis à Opfikon

Canton de Zurich Une quarantaine de supporters se sont déplacés après que la police argovienne avait interdit le meeting prévu à Spreitenbach. Plus...

Imbroglio diplomatique autour de meetings turcs

Turquie L'organisation de meetings pro-Erdogan en Europe a provoqué samedi une crise diplomatique entre Pays-Bas et Turquie. Plus...

«Graves violations» des droits de l'homme

Turquie Un rapport de l'ONU dénonce les exactions des forces de sécurité turques dans les régions kurdes. Ankara rejette les accusations. Plus...

Ankara vise le mouvement Gülen en Suisse

Suisse-Turquie Une lettre émanant de l'ambassade de Turquie dresse la liste des personnes, écoles et ONG qui soutiendraient le mouvement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...