Passer au contenu principal

OSCEDidier Burkhalter veut plus d'actions communes

Pour le conseiller fédéral, l'OSCE a un rôle majeur à jouer dans le renforcement de la sécurité du continent européen.

La Suisse soutiendra les efforts de la présidence autrichienne de l'OSCE pour continuer le dialogue sur la sécurité, a déclaré Didier Burkhalter.
La Suisse soutiendra les efforts de la présidence autrichienne de l'OSCE pour continuer le dialogue sur la sécurité, a déclaré Didier Burkhalter.
Keystone

Le conseiller fédéral Didier Burkhalter a appelé samedi à développer des actions communes entre membres de l'OSCE lors de la Conférence de Munich. Le but est de «réduire les incertitudes politiques» et de «reconstruire un climat de confiance».

«Renforcer l'OSCE comme plateforme de discussions et comme instrument d'actions communes est une des priorités de la politique étrangère de la Suisse», a expliqué M. Burkhalter.

Le chef de la diplomatie suisse a toutefois estimé que l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avait déjà réalisé des progrès dans ce domaine. L'organisation a remis à l'agenda la question du contrôle des armes conventionnelles et relancé la discussion sur les défis et les risques actuels et à venir pour la sécurité dans la zone de l'OSCE, a-t-il précisé.

Nouveaux thèmes pour l'OSCE

Le conseiller fédéral a estimé que l'OSCE avait plus que jamais un rôle majeur à jouer dans le renforcement de la sécurité du continent européen. Et de nommer la crise ukrainienne, ainsi que les incertitudes sur les intentions de la nouvelle administration américaine, sur les conséquences du Brexit ou sur celles des élections à venir dans plusieurs pays européens.

M. Burkhalter a également indiqué que la Suisse soutiendra les efforts de la présidence autrichienne de l'OSCE pour continuer le dialogue sur la sécurité. Il a rappelé que la question du contrôle des armes conventionnelles devait en faire partie et a souligné que des thèmes comme la cybersécurité, la lutte contre le terrorisme ou contre l'extrémisme violent étaient susceptibles d'intéresser tous les pays de l'OSCE.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.