Passer au contenu principal

La difficile traque des casseurs du 19 décembre

Un an après la manifestation qui a notamment souillé la façade du Grand Théâtre avec de l’huile de vidange, seize personnes sont prévenues d’émeute.

Que sont devenus les fauteurs de troubles de la nuit brumeuse du 19 décembre 2015? Ces quelques casseurs organisés comme une armée ont tagué des façades du centre-ville, brisé des vitrines, souillé à l’huile de vidange le Grand Théâtre, sous les yeux impuissants d’une poignée de policiers qui n’ont procédé à aucune interpellation ce soir-là. Pourra-t-on un jour confondre tous les auteurs du groupe d’une quarantaine de Black Blocs infiltrés dans le cortège de 400 personnes réunies pour défendre la culture alternative?

Un an après, l’enquête pénale reste en cours. «A ce jour, seize personnes sont prévenues d’émeute et pour certaines s’ajoutent les dommages à la propriété», annonce Vincent Derouand, directeur de la communication du pouvoir judiciaire. Elles encourent jusqu’à trois ans d’emprisonnement ou une peine pécuniaire. Le Ministère public n’en dit pas davantage sur la procédure à ce stade. Quant aux avocats contactés, ils n’ont pas souhaité s’exprimer. L’un d’eux défend un Lausannois qui a passé plusieurs semaines en détention provisoire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.