Le directeur des CFF relance la guerre du rail

Concession ferroviaireAndreas Meyer critique l’intrusion de l’Office fédéral des transports dans son modèle d’affaire.

Andreas Meyer, directeur des CFF.

Andreas Meyer, directeur des CFF. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il avait le regard menaçant, Andreas Meyer. «Les prix vont augmenter et la qualité de l’offre baisser», a lancé le patron des CFF vendredi à Berne. Depuis le 19 avril, il y a une pilule qu’il n’arrive pas à avaler: la décision de l’Office fédéral des transports (OFT) d’attribuer l’exploitation de deux grandes lignes (Berne-Bienne et Berne-Olten) à la compagnie bernoise BLS.

Bien que cette part ne représente que 2% du gâteau, Andreas Meyer y voit un «changement de paradigme irréversible qui menace l’équilibre du système». Et le directeur des CFF de dépeindre le chaos à venir: finis le système d’horaire cadencé, les tarifs communs, l’information à la clientèle ou la gestion des perturbations et de trafic événementiel.

«Les prix vont augmenter et la qualité de l’offre baisser»

Dans cette guerre du rail, l’OFT avait pourtant pris soin dans sa décision de ménager la chèvre et le chou. La compagnie BLS ne devrait pas avoir les cinq lignes qu’elle revendique. Quant au CFF, leur monopole ne serait brisé que par l’attribution de deux concessions à la concurrence. Si le conditionnel est de mise, c’est que l’ex-régie fédérale a décidé de faire recours contre cette décision, si elle se confirme. La consultation court jusqu’au 23 mai.

Ce qui rend la pilule aussi amère pour Andreas Meyer, c’est que l’OFT a également décidé de fixer un rendement maximum de 8% sur le chiffre d’affaires. Pour lui, on ne peut pas à la fois miser sur la concurrence et s’immiscer dans la politique d’entreprise. Un point déjà relevé à l’époque par Vincent Ducrot, directeur général des Transports publics fribourgeois, ancien directeur du secteur grandes lignes aux CFF. «La vraie révolution, c’est ce plafonnement du rendement sur le chiffre d’affaires. Les marges bénéficiaires dans le trafic ferroviaire peuvent être bien plus importantes que cela. Le mécanisme n’est pas intéressant, car il ne conduit pas les entreprises de transport à être le plus efficiente possible.»

«Mauvais perdant»

Cibles des attaques d’Andreas Meyer, ni le BLS, ni l’OFT ne souhaitent jeter de l’huile sur le feu. «Nous prenons acte des remarques et les examinerons dans le cadre de la procédure en cours», écrit Florence Pictet, porte-parole de l’OFT. La compagnie ferroviaire bernoise indique pour sa part qu’elle est encore en train d’analyser la proposition de l’OFT. «Le BLS est toutefois convaincu que le système continuerait de fonctionner si d’autres entreprises ont une part de la concession», souligne Helene Soltermann, sa porte-parole.

Pour Andreas Meyer, les politiques doivent prendre leur responsabilité. «Il y a des risques importants, qu’il faut étudier». Pour lui, ces changements pourraient conduire à ouvrir l’accès au marché aux compagnies étrangères. Avec le risque que les entreprises publiques ne gèrent plus que des lignes non rentables.

«J’aime bien Andreas Meyer, car il a du caractère, mais là, il a l’attitude d’un mauvais perdant, rétorque Olivier Français (PLR/VD). Il semble oublier que les CFF appartiennent à l’État, et que l’OFT suit les ordres du Conseil fédéral.» Manfred Bühler (UDC/BE) ajoute que les CFF ont des objectifs stratégiques fixés par le gouvernement. «Il n’y a pas matière à légiférer. Ces déclarations sont une excuse de façade pour ne pas se remettre en question».

Le feu couvait depuis des mois, il a suffi de l’étincelle d’Andreas Meyer pour qu’il reprenne de plus belle et forme de nouveaux brasiers. (24 heures)

Créé: 04.05.2018, 19h02

Articles en relation

Dans la guerre du rail, Berne brise timidement le monopole des CFF

Trafic ferroviaire En octroyant la concession de deux grandes lignes à la compagnie BLS, l’Office fédéral des transports mise sur un compromis. Plus...

La guerre des concessions affole les acteurs du rail

Transports publics La compagnie BLS veut briser le monopole des CFF dans le trafic grande ligne. Quel impact aura le conflit? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...