Ce discret radical qui étincelait à l'étranger

Démission BurkhalterDidier Burkhalter avait impressionné lors de son année présidentielle, en 2014, par sa gestion du conflit ukrainien et de la crise avec Bruxelles. Portrait.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Conseiller fédéral discret et retenu, Didier Burkhalter avait impressionné lors de son année présidentielle, en 2014, par sa gestion du conflit ukrainien et de la crise avec Bruxelles. Il était depuis retombé dans l'ombre, et était toujours plus critiqué.

Le libéral-radical neuchâtelois de 57 ans avait surpris son monde lors de son année présidentielle, point d'orgue de sa carrière sous la coupole fédérale. Médias et politiques s'attendaient à un président au style réservé et sérieux. Ce fut un président à l'aura internationale.

Cumulant la présidence de la Confédération avec celle de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), il a permis à la Suisse de briller sur la scène internationale, notamment en jouant le rôle de médiateur dans le conflit ukrainien.

Celui que d'aucuns taxaient de «George Clooney du gouvernement», toujours accompagné de sa «première dame» Friedrun, a même joué les «people» à travers le monde. En témoigne le fameux cliché avec le président américain Barack Obama et sa femme Michelle.

Ses succès sur la scène internationale lui avaient alors permis de faire taire certaines critiques, notamment de l'UDC, du PDC et du camp rose-vert. Cette année présidentielle contraste fortement avec le reste du mandat du Neuchâtelois, davantage marqué par sa discrétion et sa retenue.

Pas de paillettes à la culture

Elu en 2009, Didier Burkhalter a d'abord hérité du Département de l'intérieur. Le costume de ministre des affaires sociales et culturelles ne lui a guère convenu, et au bout de deux ans, il a endossé les habits de ministre des affaires étrangères.

Pragmatique, Didier Burkhalter a appliqué sa perception réaliste de la politique aux dossiers. Loin de l'esbrouffe et des paillettes, il préfère étudier les questions dans les détails et entendre les parties concernées. Chez lui, les concessions sont mûrement réfléchies et ne s'éloignent jamais trop de ses convictions libérales.

Le Neuchâtelois est ainsi parvenu à sortir de l'ornière la prise en charge des médecines alternatives. Après la résistance de son prédécesseur Pascal Couchepin, il a réintégré provisoirement les méthodes telles que l'homéopathie ou la médecine chinoise dans l'assurance de base.

Au chapitre de l'assurance maladie, le libéral-radical s'est fait passablement d'ennemis avec sa décision de supprimer la prise en charge des lunettes médicales. Sa réforme visant à promouvoir les modèles d'assurance avec réseaux de soins intégrés (managed-care) a échoué devant le peuple en 2012, et il a laissé le soin à son successeur, Alain Berset, de réformer les retraites.

Glaciation avec l'UE

Au Département des affaires étrangères, le mandat du libéral-radical a été marqué par l'adoption, le 9 février 2014, de l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse. Une longue période de glaciation s'en est suivie avec l'Union européenne, durant laquelle le radical humaniste a cédé peu à peu la première place à Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann.

En 2015, le dossier s'est encore éloigné du ministre des affaires étrangères. Le Conseil fédéral a préféré nommer comme super négociateur en chef Jacques de Watteville, secrétaire d'Etat aux questions internationales au sein du Département des finances plutôt que le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères Yves Rossier.

Davantage que son retrait, le silence de Didier Burkhalter sur le dossier européen a fait renaître les critiques, relayées par les médias, de la gauche, de l'UDC et même de son propre parti. Le ministre a rechigné à prendre son bâton de pèlerin pour promouvoir son projet d'accord institutionnel avec Bruxelles, remis en cause par l'UDC à travers son initiative contre les juges étrangers.

Semblant de plus en plus isolé en Suisse, il s'est aussi montré moins offensif à l'étranger, ne jouant plus un rôle aussi décisif que lors de la conclusion de l'accord sur le nucléaire iranien.

Réputation de sérieux

Lui qui place la dignité au sommet de sa hiérarchie des valeurs est du type bûcheur. Il n'a jamais raté une élection et s'est forgé une réputation de sérieux. Pragmatique, il a évité soigneusement tous les sujets qui fâchent en attendant d'atteindre le firmament politique suisse.

L'air de rien, cet économiste de formation a gravi les échelons de l'appareil étatique, passant de l'exécutif communal neuchâtelois, au National et au Conseil des Etats.

Avant de passer du côté gouvernemental en novembre 2009, ce père de trois garçons s'était illustré comme «réformateur» en réclamant une recomposition des départements fédéraux et un renforcement de la présidence. Arrivé à l'exécutif, il a dû se contenter d'un léger lifting. (ats/nxp)

Créé: 14.06.2017, 18h18

Articles en relation

La présidente du PLR rend hommage à Burkhalter

Suisse La démission du conseiller fédéral a suscité une énorme surprise sous la Coupole ce mercredi. Plusieurs partis ont réagi. Plus...

Qui pour succéder à Didier Burkhalter?

Suisse Un radical-libéral latin devrait remplacer le Neuchâtelois au Conseil fédéral. Le Tessinois Ignazio Cassis figure parmi les favoris, tout comme le Genevois Pierre Maudet. Plus...

Le DFAE pourrait susciter les convoitises de Berset

Démission Burkhalter Didier Burkhalter va lâcher les rênes du Département fédéral des affaires étrangères. Ce dicastère pourrait intéresser Alain Berset. Plus...

Didier Burkhalter: longévité dans la moyenne

Démission Le Neuchâtelois, élu en 2009, quittera le Conseil fédéral après huit ans d'exercice. Plus...

Didier Burkhalter démissionne

Conseil fédéral Le ministre libéral-radical neuchâtelois, dit «avoir besoin d'écrire une nouvelle page dans sa vie». Il quittera le Conseil fédéral le 31 octobre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...