Passer au contenu principal

Un djihadiste présumé reste en détention

L'homme arrêté en février à Winterthour doit faire face à de nouvelles accusations portées par le MPC.

Le jeune homme de 30 ans, surnommé l'émir de Winterthour, est en détention depuis le mois de février.
Le jeune homme de 30 ans, surnommé l'émir de Winterthour, est en détention depuis le mois de février.
Screenshot SRF

Arrêté en février dernier, un présumé djihadiste considéré comme une figure-clé dans les cercles islamistes de Winterthour (ZH) reste en détention provisoire. Le Tribunal pénal fédéral (TPF) a rejeté un recours de l'intéressé, qui devrait être confronté à de nouvelles accusations.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a indiqué au TPF être en possession d'éléments susceptibles de conforter ses accusations. Dans le cadre d'une demande d'entraide, il a pris connaissance de la déposition d'un témoin à charge.

Selon l'arrêt du Tribunal pénal fédéral (TPF), qui confirme le maintien en détention du présumé djihadiste, celui-ci n'a pas encore été confronté au procès-verbal de l'audition de ce nouveau témoin.

Le MPC, qui entend interroger lui-même ce dernier, a demandé que le prévenu ne puisse pas encore prendre connaissance du contenu de l'audition, afin de pouvoir garder secrète l'identité du témoin.

Risques de collusion

En juin dernier, le TPF avait déjà confirmé le maintien en détention du prévenu. Il avait invoqué des risques de collusion et les graves soupçons qui pèsent sur lui.

Le présumé djihadiste avait été arrêté en février. Le Ministère public de la Confédération lui reproche non seulement d'avoir rejoint l'Etat islamique mais aussi d'avoir incité des jeunes à s'y rendre.

L'accusé reconnaît s'être rendu à Alep et avoir séjourné dans un camp proche des zones de combat. Il admet avoir été lourdement armé et avoir assumé un service de garde dans ce camp islamiste.

Photos en tenue de combattant

S'il reconnaît des contacts suivis avec des extrémistes, il nie cependant avoir participé à des combats, révèle l'arrêt du TPF. Le prévenu affirme s'être rendu en Syrie dans le but d'aider à distribuer des biens de première nécessité.

Le Ministère public de la Confédération réfute cette thèse. Il relève que les enquêteurs sont en possession de nombreuses photos où l'accusé pose en tenue de combattant. Le trentenaire est soupçonné d'avoir violé la loi fédérale interdisant Al-Qaïda et l'Etat islamique et de soutien à une organisation criminelle.

Autres procédures ouvertes

Depuis son arrestation, d'autres procédures pénales ont été ouvertes contre des coaccusés. Le prévenu fait également l'objet d'une procédure pour escroquerie et autres infractions, qui a été ouverte dans le canton de Zurich.

Amateur de sports de combat, l'homme est considéré comme une figure influente dans les milieux islamistes de Winterthour. Il est soupçonné d'avoir joué un rôle dans la radicalisation de plusieurs jeunes musulmans, dont certains sont aussi partis en Syrie.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.