Passer au contenu principal

Chacun doit être présumé donneur d’organes

Le Conseil fédéral veut changer de modèle, tout en continuant de consulter les proches des défunts.

Alain Berset se montre prudent en raison des questions éthiques qui sous-tendent le débat sur le don d’organes.
Alain Berset se montre prudent en raison des questions éthiques qui sous-tendent le débat sur le don d’organes.
Keystone

C’est un débat très délicat que le Conseil fédéral a ouvert vendredi. Suivant l’initiative populaire de la Jeune Chambre Internationale Riviera «Pour sauver des vies en favorisant le don d’organes», il plaide pour un changement de système. Aujourd’hui, celui qui veut donner ses organes en Suisse doit l’indiquer expressément. S’il ne le fait pas ou si sa volonté n’est pas claire, il revient à ses proches de prendre la décision au pire moment.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.