Données volées et entraide fiscale sont compatibles

Suisse Une demande d'entraide fiscale basée sur des informations volées ne constitue pas nécessairement un problème, selon le Tribunal fédéral.

Le Tribunal fédéral n'a pas retenu l'argument des recourants.

Le Tribunal fédéral n'a pas retenu l'argument des recourants. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Selon le Tribunal fédéral, l'Administration fédérale des contributions peut collaborer avec l'Inde, même si la requête d'entraide administrative en matière fiscale est peut-être basée sur les données volées par Hervé Falciani.

Dans un arrêt publié jeudi, les juges lausannois ont confirmé une décision du Tribunal administratif fédéral. Deux Indiens et deux sociétés auxquelles ils étaient associés voient ainsi leur recours rejeté.

La cour suprême confirme que l'Administration fédérale des contributions (AFC) peut entrer en matière sur cette demande d'entraide fiscale fondée sur des données d'origine délictueuse. A condition que l'Etat requérant ne les ait pas achetées à cette fin.

Bonne foi

Le Tribunal fédéral n'a pas retenu l'argument des recourants selon lequel la demande d'entraide fiscale contreviendrait au principe de la bonne foi. Dans son arrêt, le TF rappelle que la procédure pénale contre Hervé Falciani n'a pas établi que la France aurait acheté les données dérobées par l'ancien employé de la banque HSBC. Il laisse donc ouverte la question de savoir si l'Inde a reçu les données la concernant dans le cadre d'une entraide spontanée de la France.

Pour le reste, aucun motif ne permet de considérer le comportement de l'Inde comme contraire à la bonne foi, ajoute la cour. La convention de double imposition entre la Suisse et l'Inde n'impose pas à l'Etat requérant de donner des informations sur l'origine des données fondant sa demande.

De même, le requérant ne doit pas donner des garanties selon lesquelles il ne se base pas sur des informations obtenues par le biais d'actions punissables selon le droit suisse. Le refus de l'Inde de donner davantage de détails dans ce cas ne viole donc pas le principe de la bonne foi, conclut le TF. (arrêt 2C_648/2017 du 17 juin 2018) (ats/nxp)

Créé: 02.08.2018, 12h03

Articles en relation

Devises: Credit Suisse doit livrer des données

Marché des changes La COMCO, qui enquête sur de possibles ententes dans le marché des devises, réclamait des données. Elle a obtenu gain de cause auprès du Tribunal administratif fédéral. Plus...

Berne échangera ses données avec Wellington

Données bancaires Le Conseil des Etats a accepté cette transmission malgré la question des rentes des Suisses retraités installés en Nouvelle-Zélande. Plus...

Prudence sur l'échange automatique des données

Suisse L'extension de l'échange automatique d'informations fiscales avec de nouveaux pays se fera prudemment. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.