Le dossier européen déchire la Berne fédérale

SuisseLes présidents des partis avancent chacun leur solution pour régler le dossier des relations avec l'Union européenne.

Alain Berset souhaite des «relations réglées» avec Bruxelles

Alain Berset souhaite des «relations réglées» avec Bruxelles

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Conseil fédéral et partis continuent de se déchirer sur le dossier européen. Le futur président de la Confédération, Alain Berset, critique dans Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung la façon de l'Union européenne (UE) de traiter la Suisse.

Mais, prévient immédiatement le socialiste de 45 ans, il est dans l'intérêt de la Suisse d'avoir des «relations réglées» avec Bruxelles. «Nous souhaitons stabiliser la voie bilatérale et cela passe par une certaine stabilité aussi sur le plan institutionnel», remarque-t-il, soulignant qu'il y a encore beaucoup de questions à clarifier.

Dans le SonntagsBlick, le président du PS, Christian Levrat, exige de son côté que le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis négocie rapidement un accord avec l'UE et le présente au peuple pour que celui-ci puisse décider si le prix est raisonnable ou non. Aucun cadeau n'est distribué en politique internationale, affirme M. Levrat. La sécurité et la prospérité ont un prix, selon lui.

L'UDC fidèle à sa ligne

Le président du PDC, Gerhard Pfister, continue, lui, de plaider pour une approche bilatérale. Le Conseil fédéral doit défendre les intérêts de la Suisse avec assurance, homogénéité et pragmatisme, ajoute-t-il dans le SonntagsBlick, soulignant que l'UE ne doit pas affaiblir unilatéralement la compétitivité de la Suisse.

Pour la présidente du PLR Petra Gössi, ni l'isolement ni l'adhésion ne doivent entrer en ligne de compte. De nouveaux fondamentaux sont nécessaires pour des accords, juge-t-elle, tout en exigeant toujours une sécurité juridique et un accès libre au marché économique.

Quant à Albert Rösti, le président de l'UDC, il insiste sur l'autodétermination de la Suisse, qui est, selon lui, victime d'un chantage de l'UE. Le gouvernement doit renverser la table, tonne-t-il. Fidèle à la ligne du parti, il rejette la reprise automatique du droit européen, ne veut pas payer 1,3 milliard de francs pour le fonds européen de cohésion et appelle à supprimer le droit de timbre pour renforcer la place financière suisse, comme le Conseil fédéral a menacé de le faire. (ats/nxp)

Créé: 31.12.2017, 07h36

Articles en relation

«Une votation de principe sur l'UE pourrait être utile»

Doris Leuthard Après la récente discorde entre Berne et Bruxelles, la présidente de la Confédération peut s'imaginer un scrutin de principe sur l'Europe. Plus...

Les partis critiquent Bruxelles comme Berne

Equivalence boursière limitée Les réactions faisant suite aux menaces proférées jeudi par Doris Leuthard contre l'UE autour du dossier boursier, n'ont pas tardé à tomber. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.