Les causes de l’accident obsèdent la presse

Drame de SierreAprès le choc provoqué par un terrible accident d’autocar survenu à Sierre, dans lequel 28 personnes ont été tuées, la presse suisse s’interroge sur les zones d'ombres de cette tragédie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Pourquoi? C’est la seule question qui revient aux esprits». Le quotidien Blick donne le ton jeudi matin après le drame de Sierre. La «Une» du tabloïd représente un texte en lettres blanches en forme de croix sur fond noir. Une croix pour rappeler que l’accident d’autocar survenu mardi soir a causé la mort de 28 personnes, dont 22 enfants.

Partout, c’est le même constat: les mots manquent en Suisse pour exprimer la consternation et la compassion avec les familles meurtries. «Quand on perd un enfant, il n’y a pas de mot», cite en «Une» le Tages-Anzeiger.

Face à la tragédie, les quotidiens ont privilégié les titres courts et les images grand-formats des familles belges dévastées: «La douleur», titre La Tribune de Genève. «Le choc», écrit Le Matin. «L’effroi et le chagrin», scande Le Temps.

Zones d’ombre

La presse suisse ne se contente toutefois pas de rester dans l’émotion. Car de nombreux faits restent encore inexpliqués.

L’autocar avait quitté le Val d’Anniviers, dans le canton du Valais, mardi vers 21 heures pour rentrer en Belgique. Il était près de 21h15 lorsqu’il s’est engagé sur l’autoroute A9 en direction de Lausanne.

Le véhicule a pénétré dans un tunnel autoroutier dans lequel la vitesse est limitée à 100 km/h et a heurté la bordure droite de la chaussée, puis percuté frontalement le mur en béton de l’arrêt de secours. Aucune explication n’est encore donnée à cette collision.

Une seconde d’inattention

La santé des chauffeurs était-elle défaillante? Hypothèse peu probable rappelle Le Nouvelliste, qui rapporte le témoignage de l’autocariste sierrois Pierre Melly.

Ce dernier confie au quotidien valaisan que deux de ses chauffeurs ont partagé un café avec leurs homologues belges mardi après-midi à Zinal, avant de prendre la route: «Ils avaient l’air en pleine forme et bien reposé. «Quelque chose a dû dysfonctionner à un moment donné», ajoute-t-i plus loinl, rappelant qu’un simple moment d’inattention peut suffire à causer ce genre de tragédies.

Les occasions sont nombreuses d’être déconcentré à bord d’un autocar rempli d’enfants, note à ce propos un chauffeur professionnel interviewé par le Tages-Anzeiger. Les classes peuvent être surexcitées. Et l’équipement électronique, comprenant par exemple le réglage du GPS, l’installation de DVD pour les enfants, peut distraire les conducteurs.

«Les autocars modernes sont devenus des appartements avec bars, des machines à café et des W.C. bien équipés. Lorsque l’une ou l’autre de ces installations dysfonctionne, la clientèle s’adresse généralement au chauffeur», témoigne-t-il.

Un début de réponse devrait être apporté très vite. Une autopsie du corps des deux conducteurs est en cours.

Un tunnel sûr?

Les niches de sécurité dans le tunnel, contre laquelle est venue se fracasser l’autocar, sont également pointées du doigt par la presse.

Le Tages-Anzeiger souligne que leurs angles droits représentent un danger mortel en cas de collision. «C’est seulement en raison de ce mur (en angle droit) qu’une collision frontale a pu se produire», indique le quotidien zurichois soulignant que ce genre de construction est répandu dans les tunnels.

«Faudra-t-il (...) prévoir une vitesse plus basse pour les véhicules lourds ou modifier la conception des niches de sécurité?», s’interroge Le Temps.

Le tunnel de Sierre est un ouvrage assez récent ouvert en 1999, rappellent 24 Heures et La Tribune de Genève dans leur édition papier. Il répond aux normes de sécurité, soulignent les journaux régionaux citant l’Office fédéral des routes. L’état de l’autocar lui-même devait être bon. Il était contrôlé tous les six mois, comme le veut la loi. Le dernier test datait d’octobre, le suivant était prévu en avril.

La vitesse à laquelle il roulait dans le tunnel était correcte, selon les images récoltées par les caméras, et les enfants étaient attachés, précise encore Le Matin.

La Suisse et la Belgique cherchent à comprendre. Même s'il n'y plus rien à faire pour sauver des vies. «Nous n'avons que des questions qui ne servent à rien», conclut l'accompagnatrice de montagne Anne-Lise Bourgeois dans L'Express/L'Imparital. C'est elle qui a guidé les petits Belges dans la vallée pendant leur classe de neige.

Blessés identifiés

Tous les 24 enfants blessés dans l’accident sont désormais identifiés, a indiqué mercredi le ministère belge de la Santé.

Deux avions de transport C-130 «Hercules» de l’armée belge ont été mis à disposition du gouvernement pour le rapatriement, peut-être dès aujourd'hui, des dépouilles des victimes de l'accident.

Créé: 15.03.2012, 08h43

Articles en relation

La dramatique trajectoire du car belge

DRAME DE SIERRE Il est 21h15, mardi soir à Sierre. L’autocar de la société belge Toptour circule dans un tunnel en direction de Sion lorsqu’il dévie de sa route et vient s’encastrer dans un mur. Bilan: 28 morts dont 22 enfants rentrant de vacances de ski. Plus...

Les trois enfants au CHUV sont dans un état préoccupant

Tragédie de Sierre Le pronostic est encore réservé pour les trois enfants qui sont hospitalisés au CHUV, après l'accident de car à Sierre (VS) mardi soir qui a fait 28 morts, dont 22 écoliers de Belgique. Plus...

Face au choc, «les jeunes sont aidés par leur jeune âge»

Tragédie de Sierre Aussi dure soit la douleur, la vie reprendra le dessus pour la plupart des jeunes survivants de l’accident de car de Sierre, estime le psychologue Philipp Jaffé, professeur à l’Institut universitaire Kurt Bösch à Sion. Plus...

Lorsqu'on perd un enfant on ne trouve pas de mots

Drame de Sierre Les personnalités présentes en conférence de presse à Sion se sont dites «bouleversées». Toutes ont évoqué le sort tragique des enfants: lorsque tant d'enfants sont touchés, «c'est très lourd» et «on ne trouve pas les mots». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.