Passer au contenu principal

Pas de droit de visite légal pour les grands-parents

Le National a rejeté vendredi une pétition qui demandait un cadre légal pour les relations entre grands-parents et petits-enfants mineurs.

c'est avant tout aux parents de déterminer les contacts entre grands-parents et petits-enfants.
c'est avant tout aux parents de déterminer les contacts entre grands-parents et petits-enfants.
AFP

Les relations entre grands-parents et petits-enfants mineurs n'ont pas besoin de cadre légal. Le Conseil national a rejeté vendredi, par 130 voix contre 66, une pétition en ce sens.

Les députés reconnaissent l'importance pour les enfants de maintenir une relation avec leurs grands-parents. Mais c'est avant tout aux parents de déterminer les contacts entre eux. Un droit de visite légal doit rester réservé aux cas exceptionnels.

Il faut aussi éviter que les enfants se retrouvent au centre d'une procédure judiciaire et pris dans un conflit de loyauté entre les parents et les tiers. Les conflits dans la famille sont une source de tension pour les enfants. Un litige sur le droit de visite des grands-parents, notamment en cas de séparation des parents, n'est pas dans l'intérêt de l'enfant.

Le sujet avait été porté par l'ancien conseiller national Oskar Freysinger (UDC/VS) après le meurtre de la skieuse Corinne Rey-Bellet, dont les parents avaient été empêchés de rendre visite à leur petit-enfant. Le Valaisan exigeait une révision du code civil.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.