Des drones au service des agriculteurs

Canton du ValaisUne start-up propose des cours de pilotage afin de permettre l'utilisation des engins pour l'épandage.

La start-up Fly & Film a choisi le domaine agricole pour son développement.

La start-up Fly & Film a choisi le domaine agricole pour son développement. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'épandage de produits phytosanitaires avec des drones sera bientôt une réalité. Une start-up de Sierre (VS) touche au but. Et en parallèle, elle propose des cours de pilotage de drones.

«N'importe qui peut acheter un drone», explique Frédéric Hemmeler, patron de la société Fly & Film. Il faut aussi apprendre à le piloter et connaître les règles d'utilisation, précise-t-il, revenant sur une information du Nouvelliste parue mercredi.

L'école de pilotage vise plusieurs objectifs. Les deux entrepreneurs, Frédéric Hemmeler, pilote d'hélicoptères, et Gaël Gross, ingénieur, veulent améliorer l'image du drone dans le public. Une récente étude de l'université de Neuchâtel a montré que le drone civil n'a pas trop la cote auprès du public.

Règles méconnues

La méconnaissance des règles d'utilisation explique ce désamour. L'Office fédéral de l'aviation civile (Ofac) n'a pas établi de règlement particulier pour les drones. Aucune autorisation n'est nécessaire pour faire voler ces engins tant que leur poids est inférieur à 30 kilogrammes.

Mais plusieurs règles doivent être respectées, précise Frédéric Hemmeler. Le pilote doit toujours avoir son engin en visuel. Il est interdit de les faire voler à proximité de rassemblements de personnes ou d'aérodromes. Et la protection de la sphère privée est un autre critère à considérer pour les drones équipés de caméras.

La start-up veut familiariser les acheteurs de drones à ces prescriptions, pour leur éviter les pièges légaux. La formation sera ponctuée par une attestation. Elle pourrait être reconnue ou validée si un jour un brevet devenait nécessaire pour piloter un drone, espère Frédéric Hemmeler.

Au service de l'agriculture

La formation doit aussi servir à repérer les bons pilotes. Car l'entreprise doit se développer. Elle a choisi le domaine agricole. «Il faut être innovant», dit Frédéric Hemmeler. Or, la photographie aérienne ne l'est pas réellement.

L'épandage de produits phytosanitaires est en revanche un secteur en devenir. Et la start-up joue le rôle de pionnier. Le drone n'a pas pour vocation de remplacer l'hélicoptère, mais de le compléter. Plus petit, l'engin est plus maniable et plus précis.

Drone des villes

Depuis plusieurs mois, la société multiplie les tests avec des cultures et des produits différents. Les possibilités intéressent le monde agricole. Mais les méthodes de travail doivent être adaptées. Au niveau de la précision, l'utilisation d'un drone s'apparente davantage à une application au sol.

L'engin est aussi adapté pour une utilisation en milieu urbain. Des services des parcs et jardins pourraient en utiliser pour traiter des arbres. Ou alors pour éliminer la mousse sur les toitures. Le drone est peu bruyant et écolo grâce à ses moteurs électriques.

Actuellement, l'entreprise discute avec l'Ofac pour simplifier les processus d'utilisation. En parallèle, elle doit aussi obtenir le feu vert de l'Office fédéral de l'environnement pour l'usage des produits phytosanitaires. Frédéric Hemmeler espère être opérationnel d'ici au début de l'année prochaine. (ats/nxp)

Créé: 03.08.2016, 14h05

Articles en relation

Alphabet va tester des drones de livraison

Etats-Unis La maison mère de Google va expérimenter la livraison par drone, main dans la main avec l'agence américaine de l'aviation. Plus...

Les drones devraient bientôt être enregistrés

Suisse La Confédération planche sur un système d'enregistrement, qui permettrait de retrouver les pilotes en tort. Plus...

Des drones pour sauver les faons de faucheuses

Suisse La haute école spécialisée de Berne a développé une technique permettant de localiser les faons dans les champs via des drones. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.