L'économie veut avoir son mot à dire

Succession BurkhalterSelon economiesuisse, le futur ministre des affaires étrangères devra mieux prendre en compte les milieux économiques dans ses négociations avec l'UE.

Le président d'economiesuisse souhaite «que le nouveau Conseil fédéral mène un dialogue intensif avec l'économie». (Lundi 4 septembre 2017)

Le président d'economiesuisse souhaite «que le nouveau Conseil fédéral mène un dialogue intensif avec l'économie». (Lundi 4 septembre 2017) Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nouveau ministre des affaires étrangères devra davantage prêter l'oreille à l'économie, affirme le président d'economiesuisse Heinz Karrer. Selon celui qui critique le chef du département Didier Burkhalter, la stratégie européenne du Conseil fédéral a échoué.

Blocage

Concrètement, Heinz Karrer reproche au gouvernement d'avoir été avare en information au sujet des négociations de l'accord-cadre avec l'Union européenne (UE), ce qui a provoqué des spéculations. Et la situation a abouti à un blocage, explique le président de la faîtière des grandes entreprises lors d'un entretien avec les journaux alémaniques Luzerner Zeitung et St. Galler Tagblatt, publié lundi.

Heinz Karrer plaide pour que le nouveau Conseil fédéral procède à un état des lieux en automne et se réoriente dans ce dossier. Ce dernier doit avoir le courage de dire à l'UE que le chemin choisi ne conduit pas au but visé.

Heinz Karrer critique également le conseiller fédéral Didier Burkhalter. Selon ses dires, après les prises de position initiales, ce dernier et son secrétaire d'Etat Yves Rossier n'ont plus vraiment inclu la place économique dans les négociations avec l'UE. La situation était tout autre lors de discussions liées aux bilatérales I et II ainsi qu'à l'accord de libre-échange.

Favorisation

«Nous souhaitons que le nouveau Conseil fédéral mène un dialogue intensif avec l'économie en parallèle des négociations qu'il entreprend», insiste Heinz Karrer. Le collège doit trouver une solution négociée, que le Parlement et les citoyens puissent vraiment soutenir.

En principe, la faîtière soutient un accord-cadre avec Bruxelles. L'influence de la Cour de justice de l'UE en Suisse doit être étroitement limitée, à savoir restreinte aux cas liés aux droits du marché unique européen.

Par ailleurs, economiesuisse exige une clause de la nation la plus favorisée. Si l'Union européenne offre à un tiers Etat, comme le Royaume-Uni par exemple, de meilleures conditions, la Suisse devrait également pouvoir en profiter. (ats/nxp)

Créé: 04.09.2017, 08h00

Articles en relation

Le Parti socialiste dépité par le choix du PLR

Succession Burkhalter Pour la gauche, les candidats ne sont que «deux super lobbyistes et un 'hard-liner' sur les étrangers». Plus...

Le PLR n'a pris aucun risque, dit la presse

Succession Burkhalter Ignazio Cassis reste le favori mais la campagne du Genevois Pierre Maudet est saluée, reléguant dans l'ombre Isabelle Moret. Plus...

«La question des femmes au CF n'en est plus une»

Succession Burkhalter Le positionnement politique est plus important que le messager, selon le président de l'UDC Albert Rösti. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...