Passer au contenu principal

Réforme prévoyancePour economiesuisse, il faudra cotiser plus et plus tôt

Pour les associations économiques, la réforme de la prévoyance vieillesse 2020 du Conseil fédéral est trop coûteuse et trop abrupte. Elles veulent d'abord assurer les rentes pour les dix prochaines années.

Les milieux économiques ne sont pas d'accord sur tous les points avec la réforme de la prévoyance concoctée par le Conseil fédéral.
Les milieux économiques ne sont pas d'accord sur tous les points avec la réforme de la prévoyance concoctée par le Conseil fédéral.
DR

Trop coûteuse et pas assez consensuelle. Telle est en substance la critique que les milieux économiques suisses émettent envers la réforme prévoyance vieillesse 2020 que le Conseil fédéral est en train de concocter.

La réforme simultanée de l'AVS et de la prévoyance professionnelle est par ailleurs surchargée et court le risque de ne pas passer la rampe au Parlement ou devant le peuple, estiment les milieux économiques. Economiesuisse et les patrons souhaiteraient procéder étape par étape, par «portions digestes».

Hausse modérée de la TVA

Les organisations se montrent ouvertes à une hausse modérée de la TVA si, dans le même temps, l'âge de la retraite des femmes est augmenté et si le taux de conversion minimal est abaissé. Cela nécessite des compromis de tous les côtés, a indiqué mardi devant la presse le président d'economiesuisse Heinz Karrer (en photo ci-dessous).

Pour l'économie, le compromis devrait se dérouler de la manière suivante: à partir de 2018, l'âge de la retraite est relevé en quatre étapes à 65 ans jusqu'en 2021. Parallèlement, une hausse progressive de la TVA de 0,6 point apporterait des moyens supplémentaires à l'AVS, afin de résoudre les problèmes de financement les plus urgents.

Abaisser le taux de conversion

Dans le même temps, il faudrait ramener le taux de conversion minimal dans la prévoyance professionnelle de 6,8 à 6%. Ce taux détermine le montant des rentes calculé à partir du capital vieillesse constitué par l'employé et l'employeur. Une baisse du taux signifie une rente moins élevée. Pour maintenir les rentes à leur niveau, il faudrait exiger de cotiser plus tôt et davantage.

La proposition des organisations économiques se distingue de celle du Conseil fédéral notamment sur un point: le fait que les mesures sont prises individuellement les unes des autres et que la hausse de la TVA est moindre que celle envisagée par le département d'Alain Berset. Le Conseil fédéral envisage une hausse de la TVA jusqu'à deux points. Quant à l'âge de la retraite des femmes et le taux de conversion, les positions se rejoignent.

L'économie s'engage à préserver le niveau actuel des rentes, a déclaré Valentin Vogt. Mais le Conseil fédéral ne tient pas cette promesse envers les rentiers s'il propose un frein à l'endettement qui suspendrait une indexation en fonction du renchérissement.

Hausse automatique

Pour le frein à l'endettement valable pour l'AVS- appelé «mécanisme de stabilisation de l'AVS» - les associations économiques proposent, en cas de mauvaise passe économique, une hausse automatique de l'âge de la retraite de deux ans au maximum, couplée à une nouvelle augmentation de la TVA de 0,4 point.

Ainsi toutes les couches de la population et l'économie seraient mises à contribution, estime Roland Müller, directeur de l'organisation patronale. L'UDC et les syndicats s'opposent à une hausse de la TVA. L'économie demande que la question du frein à l'endettement pour l'AVS soit examinée en même temps que les autres mesures.

Adaptation inévitable

Avec ces propositions, les organisations économiques veulent garantir les rentes pour les dix prochaines années. Mais il est clair, selon elles, que d'autres mesures douloureuses seront nécessaires au-delà. Une adaptation des prestations est inévitable et une hausse de l'âge de la retraite ne devrait plus à l'avenir être traitée comme un sujet tabou, selon Heinz Karrer.

Le projet de réforme de la prévoyance vieillesse est en consultation auprès des milieux intéressés jusqu'à fin mars. Il s'est attiré une pluie de critiques ces derniers jours, autant des milieux de gauche que de droite.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.