«Ecopop ne signe pas l'arrêt de notre prospérité»

ImmigrationL'ex-directeur de l'Office fédéral de l'environnement Philippe Roch, fait partie du comité qui a lancé l'initiative «Halte à la surpopulation». Il explique pourquoi. Interview.

Philippe Roch est le seul Romand du comité d'Ecopop dans cette campagne.

Philippe Roch est le seul Romand du comité d'Ecopop dans cette campagne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'association Ecologie et population (Ecopop) a lancé sa campagne mardi 7 octobre pour son initative «Halte à la surpopulation - Oui à la préservation durable des ressources naturelles». Pour ses représentants, le texte vise à garantir une croissance durable. Il veut limiter la croissance annuelle de la population due à l'immigration à 0,2% sur une moyenne de trois ans. Seules quelque 17'000 personnes, réfugiés compris, pourraient s'établir en Suisse chaque année. Ecopop exige en outre que 10% des fonds de l'aide au développement, soit 200 millions de francs par an, aillent au contrôle des naissances dans les pays pauvres.

Pour l'unique représentant romand du comité, l'ancien directeur de l'Office fédéral de l'environnement Philippe Roch, la Suisse vit au-dessus de ses moyens. Interview.

24 heures : Votre texte n’est-il pas une initiative de Suisses égoïstes, qui ont profité de la croissance de ces dernières années et qui veulent préserver leur confort?

Philippe Roch: Prendre soin de la planète pour que les générations futures puissent vivre dans de bonnes conditions est un acte altruiste à l’égard de nos descendants et n’est certainement pas un acte égoïste. En outre, personnellement, je ne vois pas en quoi l’approbation d’Ecopop m’apporterait un quelconque avantage sur le plan personnel.

Néanmoins, cette initiative est plutôt extrémiste dans ce qu'elle demande, non?

Elle est extrêmement modérée en ce sens qu’elle fixe dans son article 1 un principe du développement durable. Très semblable à l’article précédent, celui-ci s’adresse à la population en disant qu'il faut un niveau de population en Suisse qui soit compatible avec les ressources disponibles. Ensuite, il fixe 2 points de repères chiffrés qui sont malheureusement indispensables puisque le Parlement a pour habitude d’essayer de ne pas suivre la volonté populaire. Le premier, limiter à 0,2% la croissance annuelle, si on l’applique à l’année 2013 dont on a les chiffres actuellement, cela aurait permis l’arrivée en Suisse de 96'000 nouveaux étrangers. Ce n’est donc pas une fermeture des frontières!

Vous voulez aussi donner 10% pour l’aide au développement, ce à quoi sont opposées les organisations actives dans ce domaine...

Je suis très étonné de cette opposition! Actuellement, à la DDC (coopération suisse NDLR), on dépense 69 millions par année dans ce but. Ce que demande l’initiative, c’est de revoir à la hausse ce chiffre (ndlr: env. 200 millions), et l’ONU, avec l’approbation de la Suisse, a plusieurs fois apporté son soutien à cette planification familiale volontaire, afin que les femmes aient un niveau suffisant pour prendre en main leur avenir. C’est ce que tous les Suisses ont souhaité et obtenu dans la période moderne. Et tout d’un coup, ce serait faux de permettre à ces femmes de sortir de leur misère ? C’est à n’y rien comprendre !

Si cette initiative est acceptée, c’est la mort définitive de nos relations bilatérales avec l’Europe!

Je suis convaincu que si le gouvernement et le Parlement avaient pris au sérieux ces questions d’immigration - une immigration bien supérieure à tout ce qu’on avait imaginé au départ lors des négociations avec l’UE - nous aurions déjà trouvé un modus vivendi qui aurait permis d’atteindre les buts de notre initiative. Je ne suis toutefois pas convaincu qu’il faudra renoncer aux accords bilatéraux. Il faudra peut-être les appliquer avec plus de rigueur, pour ne permettre l’établissement en Suisse que des personnes nécessaires au fonctionnement de l’économie. Mais pour cela, il faut négocier et il faut le vouloir. Or cette volonté manque malheureusement très clairement et c’est pour cela que nous serons confrontés à des situations toujours plus difficiles.

Si le problème, ce sont les ressources, pourquoi ne pas faire des réformes pour consommer moins d’énergie, diminuer le trafic,etc, comme le préconise l’initiative des Verts pour une économie verte, plutôt que de dire «on est trop nombreux» ?

D’abord Ecopop ne dit pas «nous sommes trop!». Elle n'a rien contre les 25% d'étrangers établis en Suisse. Ceux-là peuvent rester, il n’y a pas de problème. En outre, l’initiative des Verts ne vise pas à diminuer la consommation de nos ressources. C’est un texte pour augmenter l’efficacité qui permettra d’obtenir les mêmes services avec moins d’énergie et de ressources. C’est un but louable que je soutiens totalement. Mais ce n’est qu’un élément qui fait que nous avons un impact trop fort sur les ressources. Dites-moi quel est le parti qui promeut aujourd’hui la modération de la consommation? Personne! On espère juste qu’en améliorant l’efficacité, on arrivera à s’en sortir, comme se passer du nucléaire. Mais c’est totalement insuffisant!

Pour vos détracteurs, votre initiative est facilement contournable par les entreprises qui feront davantage venir des frontaliers puisqu'ils ne sont pas établis en Suisse. Avec tous les problèmes que cela risque d'engendrer…

Il est vrai qu'aujourd'hui, nous avons non seulement une forte immigration mais encore de très nombreux frontaliers. Et ce trafic pose effectivement des problèmes. Un des moyens de réduire l’immigration sans contrainte, serait de réorganiser notre politique économique, de manière à éviter cette croissance exagérée de l’économie en Suisse et d’apprendre à partager avec les régions voisines. Par exemple, plutôt que d’installer une nouvelle firme près de la frontière en Suisse, pourquoi ne pas l'installer plus loin, pour donner du travail aux gens de là-bas? Et si on prend des mesures pour réduire l’immigration, cela aura aussi un impact sur les frontaliers. Mais l’initiative ne prétend pas résoudre tout à la fois.

Sans l’immigration, la Suisse compterait encore plus de personnes âgées. C’est ça l’avenir que vous souhaitez pour notre pays?

D’abord, j’aime beaucoup les vieux. Ce sont des gens sympathiques qui peuvent rendre plein de services, participer à une économie non monétaire. Ensuite, la Suisse ne manque pas de jeunes. Il y a des dizaines de milliers de naissances chaque année. Ecopop n’arrête en outre pas l’immigration. On n’est donc pas du tout dans un monde figé comme essaient de le décrire nos opposants. Ecopop est une modération, une maitrise des choses, pas du tout un verrouillage, ni un arrêt de notre prospérité.

Créé: 07.10.2014, 15h49

Articles en relation

Ecopop part au combat pour son initiative

Immigration Les partisans de l'initiative «Halte à la surpopulation» ont lancé leur campagne en vue des votations du 30 novembre. Le texte veut limiter à 17'000 le nombre d'étrangers pouvant s'établir en Suisse chaque année. Plus...

L'ASIN soutient l'initiative Ecopop et invite Nigel Farage

Immigration Réunie en assemblée extraordinaire samedi à Winterthour (ZH), l'ASIN dit oui à l'initiative Ecopop, soumise au vote le 30 novembre. Le chef du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), Nigel Farage, était également présent. Plus...

Des écologistes montent au créneau contre Ecopop

Votation du 30 novembre A plus de trois mois de la votation, les opposants à l'initiative de l'Association écologie et population lancent déjà la campagne. Plus...

Ecopop pourrait prendre la forme d'un système à points

Votations du 30 novembre En cas de «oui» à Ecopop, l'application de l'initiative pourrait passer par un système à points au lieu de contingents. A l'instar de ce qui se fait dans différents pays anglo-saxons. Plus...

La traduction française du texte d'Ecopop comporte une erreur

Votation du 30 novembre Une erreur s'est glissée dans la traduction française du texte de l'initiative Ecopop. La faute date de 2011, mais la Chancellerie fédérale ne s'en est aperçue que maintenant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.