Passer au contenu principal

TechnologieUBS pourrait remercier 30'000 employés

Les effectifs d'UBS pourraient baisser de 30% dans les années à venir, estime Sergio Ermotti, directeur général de la banque. La technologie pourrait se substituer aux salariés.

Sergio Ermotti, patron d'UBS.
Sergio Ermotti, patron d'UBS.
Keystone

Dans un entretien publié mardi par le magazine Bloomberg Markets, le patron de l'établissement note que les entreprises tournées vers la fabrication de produits estiment que les nouvelles technologies peuvent diviser par deux les effectifs. Il ajoute que, dans le secteur bancaire, cette part serait vraisemblablement deux fois moins importante.

«Regardez UBS, nous employons un nombre significatif de collaborateurs, soit près de 95'000 personnes en comprenant les sous-traitants. On peut en avoir 30% de moins. Mais les emplois seront beaucoup plus intéressants. Le contenu humain y sera la clef de voûte de la fourniture du service», poursuit Sergio Ermotti.

«Pas de big bang»

Le patron de la banque pense que la décennie à venir sera placée sous le signe de la technologie, comme celle en cours l'est sous celui de la régulation.

«Il ne s'agit pas d'un big bang: ce sera très progressif. Mais tout sera tellement plus rapide et plus efficace. Au lieu de servir 50 clients, on pourra en servir 100, et ce de manière beaucoup plus sophistiquée», poursuit Sergio Ermotti.

Le cabinet de conseil Accenture a révélé en mai que trois quarts des banques interrogées par ses soins pensaient que l'intelligence artificielle allait être le biais principal par lequel elles entendent communiquer avec leurs clients au cours des trois prochaines années.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.