Passer au contenu principal

Scandale VolkswagenL'efficacité des réparations sera contrôlée par la FRC

La Fédération romande des consommateurs prévoit de tester l'efficacité des réparations des moteurs truqués Volkswagen.

«Nous sommes en train de mettre en place des tests qui seront menés avant et après les réparations effectuées sur les véhicules truqués prévues par Volkswagen», a expliqué lundi à l'ats Florence Bettschart, responsable Politique et droit de la FRC. Les tests seront effectués à Bienne (BE). Le projet a été mené avec une assurance protection juridique.

Un accord a été trouvé dans le cadre des négociations avec Amag, l'importateur officiel du constructeur automobile allemand Volkswagen en Suisse. La société sise à Buchs (ZH) mettra à disposition des véhicules de remplacement pour les clients d'accords d'effectuer ce test.

Amag financera aussi en partie ces tests. Une configuration qui n'inquiète pas la FRC, dans la mesure où les laboratoires dans lesquels seront effectuées ces analyses sont indépendants et reconnus par la Confédération.

Le Touring Club Suisse (TCS) avait déjà publié fin juin le résultat de tests menés sur des voitures dont le logiciel incriminé avait été remplacé. Ils n'avaient montré aucun préjudice en matière de conduite ou de consommation de carburant après la mise à jour.

Des offres de reprise avantageuses ont par ailleurs également été négociées avec Amag par la FRC pour les clients désireux de changer de véhicule. La fondation alémanique des consommateurs (SKS) avait elle suspendu en mars les négociations avec Amag.

Courrier au TPF

Au niveau juridique, un recours de la FRC au Tribunal pénal fédéral (TPF) de Bellinzone est toujours pendant contre l'ordonnance de non-entrée en matière notifiée le 30 mai par le MPC. Suivant la procédure, l'association a envoyé vendredi un mémoire de réplique au TPF par l'intermédiaire de son avocat suite à la prise de position du MPC concernant le recours.

Le fait que le MPC ne mène aucune enquête interpelle l'association de défense des consommateurs. Le «manque de curiosité» face aux «interrogations légitimes» des personnes lésées, notamment sur la responsabilité d'Amag, n'est pas «compréhensible», selon une copie du document que l'ats a pu consulter.

«Si le MPC avait ne serait-ce que suspendu la procédure en attendant le développement de l'affaire au niveau européen, cela ne nous aurait pas dérangé. Nous avons l'impression qu'ils ne veulent pas s'en occuper et se mouiller dans cette affaire», s'étonne Florence Bettschart.

Jugement peut-être à l'automne

Pour rappel, la fondation alémanique des consommateurs (SKS) avait demandé début mai au MPC de lancer une enquête pénale sur le territoire suisse. L'institution avait notifié une ordonnance de non-entrée en matière contre laquelle la FRC avait fait recours dans la foulée.

«Le TPF jugera la cause avec, j'imagine, un jugement au début de l'automne», indique la juriste de la FRC.

Le MPC avait récolté plus de 2000 plaintes pénales. Elles ont été transmises au Ministère public allemand en avril, qui a ouvert une procédure. Le MPC estimait toutefois que les chances de recevoir une indemnité étaient faibles.

Possibles suites en septembre

Autre volet de l'affaire: la possibilité de s'associer à l'une des actions collectives lancées au niveau européen. La SKS fait partie depuis fin juin de VW-Car-Claim, un ensemble qui regroupe 100'000 lésés de 27 pays.

La FRC réfléchit elle encore à l'utilité d'une telle action. Elle a contacté le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) pour savoir comment aborder l'affaire. Ce dernier a précisé qu'il n'y avait «aucune urgence».

«Nous vérifions encore que l'entrée dans une telle démarche ne bloque pas les autres procédures civiles en Suisse», précise Florence Bettschart. «Nous aimerions pouvoir dire à nos membres quoi faire début septembre», conclut-elle.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.