Les électriciens craignent pour les milliards de l'«or blanc»

Energie hydroélectriqueLes électriciens suisses voient fondre leurs marges sur «l'énergie de pointe», produite à la demande à partir des barrages. Ce alors qu'ils sont en train d'investir des milliards dans de nouvelles stations de pompage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis des décennies, les électriciens suisses font de bonnes affaires: avec l'eau des barrages, ils produisent et vendent leur courant à la demande, aux heures de forte consommation, soit aux prix les plus élevés. Au point que l'eau est ensuite récupérée dans les vallées pour être pompée la nuit dans les barrages, quand le prix de l'électricité est faible.

Ce modèle à succès est pourtant battu en brèche par une nouvelle donne énergétique. La demande en «énergie de pointe» recule chez nos voisins européens à mesure que se développent les nouvelles sources d'énergie éoliennes et solaires. A quoi s'ajoute l'impact du gaz naturel, dont le prix tend vers le bas.

Plus de 6 milliards investis

Le «think tank» avenir suisse s'inquiète de cette situation depuis quelques mois déjà. Il observe que les écarts entre les prix les plus élevés et les plus bas du courant se sont fortement réduits depuis la mi-2009. Depuis, la marge évolue entre 10 et 15 euros, alors qu'elle était auparavant proche de 20 euros en moyenne et pouvait connaître des pointes à plus de 30 voire de 40 euros.

Par fort vent, les prix échangés sur le marché sont même parfois négatifs, note avenir suisse. Ce parce que les producteurs de courant «en ruban», telles les centrales nucléaires, ne peuvent pas débrancher.

Cette nouvelle constellation n'est pas de bon augure pour les producteurs suisses d'électricité. D'autant moins qu'ils sont justement en train d'investir près de 6,4 milliards de francs dans cinq stations de pompage-turbinage. Celles-ci vont offrir tantôt une capacité supplémentaire de 4000 MW, soit plus de dix fois la puissance de la centrale nucléaire de Mühleberg.

Cinq projets pour presque 4000 MW

Axpo injecte ainsi actuellement près de 2,1 milliards de francs dans la nouvelle station de pompage-turbinage de Linth-Limmern, dans le canton de Glaris. Cette nouvelle station réservera une capacité de 1000 MW. En Valais, Alpiq avec les CFF et les Forces motrices valaisannes investissent 1,8 milliard de francs dans la nouvelle centrale de pompage de Nant-de-Drance, sous le barrage d'Emosson, d'une capacité de 900 MW.

A Veytaux (VD), les Forces Motrices Hongrin-Léman et Alpiq construisent, pour 330 millions de francs, une installation de 480 MW. Le projet «Grimsel 3» (BE) apportera une capacité supplémentaire de 660 MW pour un coût de 660 millions de francs. Enfin, le projet «Lago Bianco» de Repower, dans le Val Poschiavo, amènera une capacité nouvelle de 1000 MW pour un coût devisé à 1,5 milliard de francs.

Ponction sur le solaire et l'éolien

Autant de projets qu'avenir suisse qualifie désormais d'investissements «à haut risque», dans la mesure où leur rentabilité n'est pas assurée à long terme. Kurt Rohrbach, président de l'Association des entreprises électriques suisses s'en inquiète également mardi dans les colonnes du Tages-Anzeiger, dès lors que les membres de l'association ont vu effectivement «la situation de leurs revenus se détériorer dramatiquement» ces dernières années dans le négoce d'électricité.

Celui qui dirige également les Forces motrices bernoises (FMB) verrait ainsi d'un bon oeil une solution politique. Il évoque ainsi la possibilité d'«un cofinancement (des nouvelles installations hydroélectriques) par le solaire et l'éolien».

Officiellement, les producteurs d'électricité se défendent de demander des subventions. Mais comme le relève aussi le porte-parole d'Alpiq dans le Tagi, la branche saluerait l'adoption de mécanismes de soutien en faveur des usines de pompage-turbinage, «dès lors que celles-ci sont nécessaires à la stabilité du réseau électrique mais que les rendements font défaut».

Créé: 05.09.2012, 07h30

Articles en relation

Alpiq essuie une perte de 36 millions de francs

Energie Le numéro un suisse de l'énergie inscrit une perte de 36 millions de francs, après un bénéfice de 155 millions un an plus tôt. Plus...

La ligne à très haute tension Chamoson-Chippis ne sera pas enterrée

Valais Le Tribunal administratif fédéral déboute les partisans d'un enfouissement total ou partiel de la ligne électrique. Ils invoquaient principalement des arguments relevant de la protection de l'environnement. Plus...

La future centrale hydraulique va bientôt turbiner

Orbe Deux turbines de 14?tonnes ont été installées, mercredi, dans la nouvelle usine hydroélectrique de VO Energies Plus...

La facture d'électricité va baisser en 2013

Ménages L'Association des entreprises électriques suisses annonce une baisse de 1% pour les familles et 2% pour les entreprises. Cela représente 15 francs d'économie sur l'année. Plus...

Trois scénarios pour sortir du nucléaire

Energie L'Association des entreprises électriques suisses prévoit entre 118 et 150 milliards de francs d'investissements pour sortir du nucléaire d'ici à 2050. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...