Passer au contenu principal

Centrale de LeibstadtDes éléments combustibles défectueux détectés

Six éléments combustibles présentant des défauts ont été mis à jour. Ils étaient en service avant l'arrêt de la centrale nucléaire.

La centrale est en cours de révision.
La centrale est en cours de révision.
Keystone

La centrale nucléaire de Leibstadt (AG), hors service depuis mi-septembre pour la révision annuelle, remplace 22 éléments combustibles. Selon l'IFSN, ils présentent des défauts de qualité. Six d'entre eux étaient toutefois en service avant l'arrêt.

Ces six éléments ont été utilisés lors de trois, respectivement quatre cycles de fonctionnement, a indiqué vendredi soir l'inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN). Selon les informations à disposition jusqu'ici, seule une petite partie des barres de combustibles est concernée par ce problème de qualité. Il n'y a toutefois pas eu de dégâts.

Les 16 autres éléments présentant des défauts dans l'assurance qualité n'avaient pas encore été utilisés. Le coeur du réacteur contient 648 éléments combustibles et 62'000 barres de combustibles.

Des erreurs isolées dans l'assurance qualité ont été constatées chez le producteur, indique l'IFSN. En Suisse, seule la centrale de Leibstadt est concernée.

Pas de risque selon Areva

L'IFSN a constaté ces défauts dans les tubes de gainage. Il ne s'agit pas d'un défaut de production. A cause de l'automatisation et de la grande complexité du système chez le producteur, cette erreur est difficile à déceler.

La sécurité est toutefois garantie à tout moment, rappelle l'IFSN. La centrale nucléaire devrait être remise en service à la fin décembre.

Le groupe français Areva, qui a fourni les barres de combustible présentant des défauts de fabrication, a assuré vendredi dans un communiqué que cela ne posait aucun risque. Les barres déjà chargées dans les réacteurs peuvent continuer à être utilisées sans mettre en péril la sécurité de la centrale et aucune d'entre elles n'a provoqué de fuite, souligne-t-il.

Areva explique qu'après la découverte d'une barre de combustible présentant une fuite dans son usine de fabrication de tubes à Paimboeuf, en Loire-Atlantique, en France, des tests ont montré que des barres qui auraient dû être refusées ont été fournies à des compagnies électriques.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.