Une élève modèle, qui a toujours rêvé d’aller là-haut

Défense aérienneDésormais établie dans la Broye vaudoise, Fanny Chollet a grandi dans une famille de pilotes, à Saint-Légier.

La première femme pilote en Suisse s'appelle Fanny Chollet.

La première femme pilote en Suisse s'appelle Fanny Chollet. Image: LAURENT GILLIERON/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je n’ai pas été surprise de découvrir son brillant parcours, tant elle était une élève modèle, toujours bien préparée aux cours, positive et participative en classe, mais jamais exubérante pour autant». À l’instar de cette doyenne du gymnase de Chamblandes, à Pully, où Fanny Chollet a obtenu sa maturité en option biologie et chimie, les commentaires sont élogieux au sujet de la première femme aux commandes d’un F/A-18 de l’armée suisse. «Pour moi, les quatre mots la résumant le mieux sont volonté, maîtrise, charme et modestie», ajoute Barbara Cosandier, son enseignante de biologie durant trois ans.


À lire: Devenir pilote de combat, une vocation


Les commentaires ne sont toutefois pas nombreux. D’entente avec la communication des forces aériennes, sa famille n’a ainsi pas souhaité ouvrir les albums souvenirs dans nos colonnes. Née le 17 septembre 1991 à Morges et ayant grandi du côté de Saint-Légier, Fanny a «toujours rêvé d’aller là-haut», témoignait-elle dans les colonnes de «La Liberté» en 2013.

Il faut dire qu’elle est née dans une famille comptant plusieurs pilotes civils, comme son grand-papa, son papa ou des cousins. Manifestant de l’intérêt à faire l’armée, son avenir dans un cockpit suisse s’est dessiné lors de vacances en France, pendant un survol de Mirage. Sa maman, une médecin anesthésiste, qui a toujours travaillé à plein temps tout en élevant ses trois enfants, lui suggère alors de devenir pilote militaire.


À lire: Maçonne, menuisière? Des professions rarissimes


En parallèle à son gymnase, «Shotty» commence alors le processus de sélection SPHAIR de la Confédération. Ouvert aux jeunes âgés de 17 à 22 ans, ce programme a pour objectif de recenser les jeunes talents intéressés par une formation de pilote professionnel ou d’éclaireur parachutiste et d’évaluer leurs aptitudes dans la perspective d’une carrière au sein des Forces aériennes, de l’armée ou de l’aviation générale. «Cette détermination à suivre cette formation était surprenante avec son look de petite Barbie, toujours souriante et féminine», commente l’enseignante d’anglais. «C’est grand ce qu’elle fait. Elle nous fait prendre de la hauteur», ajoute Barbara Cosandier, pleine de fierté.


À lire: L’armée suisse mise sur les femmes


En 2012, celle qui est actuellement premier-lieutenant a intégré les Forces aériennes et la classe de pilotes 11 à l’école de pilotes d’Emmen. Celle qui se qualifie de têtue a accompli la première partie de son instruction auprès de la Lufthansa Aviation Training (anciennement Swiss Aviation Training ou SAT) ponctuée d’une licence de pilote professionnel et a obtenu un Bachelor in Aviation à la Haute école zurichoise de sciences appliquées (ZHAW) à Winterthour. Elle a suivi trois phases de sélection d’une année chacune sur le PC-7, le PC-21 et enfin sur le F/A-18 Hornet.


À lire : Fanny Chollet: «C’est un honneur de voler sur une telle machine»


En marge de son activité professionnelle, celle qui adore les pâtisseries italiennes et l’Angleterre avec un faible pour sa capitale Londres est membre de l’Association pour la promotion du patrimoine aéronautique d’Écuvillens. Sur l’aérodrome fribourgeois, elle participe à l’organisation des traditionnelles rencontres d’oldtimers depuis six ans. Mais d’entente avec Fanny, le président Philippe Marro ne souhaite pas davantage la décrire. À Missy, dans la Broye vaudoise, où elle réside depuis quelques mois avec son compagnon Yoann, sa discrétion est aussi louée. «On se dit bonjour quand on se croise, mais on ne les voit pas beaucoup», témoigne un voisin.


À lire: Maçonne, menuisière? Des professions rarissimes


Créé: 19.02.2019, 16h09

Articles en relation

L’armée suisse mise sur les femmes

Défense Alors qu’elle fête aujourd’hui sa première femme pilote, la grande muette trime pour augmenter ses effectifs féminins. Plus...

Comment l’armée drague les jeunes avant même leurs 16 ans

Suisse Les ados – garçons et filles – sont encouragés par courrier à réfléchir à leur avenir militaire. Et à se former sans tarder. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...