L'élu qui doit apprendre à réfléchir avant de parler

DérapageEn comparant le sort des juifs déportés à celui des cochons, Jonas Fricker a commis un imper. L’écolo est un serial gaffeur.

Jonas Fricker (Vert/AG) a dérapé lors du débat sur l'initiative pour des aliments équitables.

Jonas Fricker (Vert/AG) a dérapé lors du débat sur l'initiative pour des aliments équitables.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est ce qu’on appelle un gros dérapage. Lors du débat sur l’initiative «Pour des aliments équitables», jeudi, le conseiller national Jonas Fricker (Les Verts/AG) se hasarde à une comparaison douteuse: les conditions du transport de cochons menés à l’abattoir lui rappellent les trains de la mort menant à Auschwitz. «Les hommes qui ont été déportés alors avaient une petite chance de survivre. Les cochons, eux, sont promis à une mort certaine.»

Les propos soulèvent un tollé général, forçant Jonas Fricker à s’excuser publiquement peu après, tant devant ses collègues du National qu’auprès de la communauté hébraïque. Rien qui permette cependant d’arrêter le flot de réactions horripilées, qui atteint les rangs de son parti. «J’ai été consternée et choquée lorsque j’ai entendu les propos de Jonas», déclare la présidente des Verts, Regula Rytz. «Même si Jonas Fricker s’est excusé, qu’on puisse faire une comparaison pareille continue d’échapper à mon entendement», rajoute Balthasar Glättli, chef du groupe parlementaire.

Qui est Jonas Fricker? L’élu, qui occupe l’unique siège des Verts de la délégation argovienne, n’est probablement pas antisémite, mais gaffeur, oui. Peu connu dans nos contrées, ce spécialiste de l’environnement et des sciences naturelles formé à l’EPFZ a été, avant son élection au Conseil national en 2015, une figure de la vie politique de Baden.

Son destin croise d’ailleurs fréquemment celui de l’ex-maire de la ville, Geri Müller. Les deux hommes sont amis, mais Jonas Fricker se montre peu empathique lorsque l’affaire des «photos de nu» éclate, à l’été 2014. Il est alors président des Verts argoviens. «Sale affaire Geri, ton intégrité repose en paix», écrit-il sur Twitter.

Le double mandat fait débat
A l’époque, le scandale se mue en débat sur le double mandat de Geri Müller, qui cumule la mairie et le Conseil national. Jonas Fricker se joint aux voix qui l’exhortent à abandonner son mandat fédéral. Une vacherie qui lui vaut l’étiquette d’un ambitieux: si Geri Müller avait démissionné, Jonas Fricker, arrivé juste derrière lors des élections fédérales de 2011, l’aurait remplacé. Ce dernier se défend cependant de tout calcul politique, regrette ses propos et apporte ensuite son plein soutien à son ami en difficulté.

Lors des élections fédérales de 2015, Geri Müller ne se représente pas et Jonas Fricker, 38 ans alors, est confortablement élu pour reprendre son siège. Mais son bilan de conseiller national souffre pour l’heure de la comparaison avec Geri Müller. Alors que ce dernier tenait le rôle de locomotive des Verts, Jonas Fricker a déjà été épinglé pour sa présence sporadique dans l’hémicycle ou ses tenues jugées trop décontractées.

Se décrivant comme un féministe, il se montre toutefois combatif dans les dossiers sur l’égalité et le congé paternité, ou encore sur la transparence de la rémunération des élus. En décembre 2016, il a d’ailleurs obtenu un écho national en publiant sa fiche de salaire détaillée «au nom de la transparence et de la démocratie».

Dans un portrait qui lui était consacré, l’Aargauer Zeitung décrit un homme intelligent, mais qui présente parfois un côté «naïf» et «candide». Car Jonas Fricker n’a pas tiré la leçon de son tweet sur Geri Müller. L’écolo continue de s’épancher sur les réseaux sociaux, que ce soit pour signaler un contrôle de police sur la route – pratique punissable depuis Via sicura –, évoquer publiquement des stratégies politiques ou lancer des piques à ses collègues parlementaires. Un trait de caractère qu’il a reconnu dans le Südostschweiz après son impair de jeudi. «Je suis un émotif, qui parfois parle sans réfléchir à la manière dont ses propos peuvent être perçus.» (24 heures)

Créé: 29.09.2017, 20h27

Articles en relation

Il compare le transport de porcs à Auschwitz

Suisse Un élu Vert a osé une comparaison qui a suscité une avalanche de réactions sur les réseaux sociaux. Il a présenté ses excuses. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.