Émission sur le botox: nouveau camouflet pour la SSR

MédiasLa SSR avait fait appel après que le Tribunal fédéral eut estimé que dans son émission «Puls» consacrée au botox, la SRF aurait dû mentionner le sacrifice de milliers de souris.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) de Strasbourg n'est pas entrée en matière sur une plainte de la télévision suisse (SSR), a-t-elle annoncé jeudi. Il s'agissait de déterminer si une émission de santé «Puls» de janvier 2012 de la SRF consacrée au botox avait eu tort de ne pas dire que des centaines de milliers de souris périssent lors de tests pour produire cette substance.

Le 2 janvier 2012, l'émission «Puls» de la télévision alémanique SRF sur le botox portait sur les applications cosmétiques et médicales de la toxine botulique ainsi que sur les milliards empochés par ses producteurs. L'Autorité indépendante d'examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP) avait accepté la même année une plainte de l'organisation alémanique CgT, qui regroupe des défenseurs des animaux.

L'AIEP estimait qu'il n'était pas légitime d'omettre la problématique des expérimentations animales liées à la production du botox. En avril 2013, le Tribunal fédéral (TF) était arrivé à la conclusion qu'en omettant cette information, la SRF n'avait pas respecté le principe de représentation fidèle des événements. Le TF avait donc débouté la SSR.

La SSR a dès lors fait appel de cette décision devant la CEDH à Strasbourg. Elle s'est plainte notamment que la décision du TF violait la liberté d'expression. Les juges européens ont décidé de ne pas intervenir sur cet appel. L'arrêt du Tribunal fédéral n'a pas eu d'effet sur la télévision suisse et ses programmes, écrit en substance la CEDH (Décision 68995/13 du 05.12.2019). (ats/nxp)

Créé: 05.12.2019, 13h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.