L'employée enlevée n'a pas encore été interrogée

Sri LankaL'employée de l'ambassade de Suisse au Sri Lanka enlevée lundi n'est pas en mesure de témoigner, son état de santé s'étant détérioré.

L'employée locale de l'ambassade a été détenue contre sa volonté dans la rue, forcée à monter dans une voiture et menacée par des inconnus. (Image d'illustration)

L'employée locale de l'ambassade a été détenue contre sa volonté dans la rue, forcée à monter dans une voiture et menacée par des inconnus. (Image d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'employée de l'ambassade de Suisse au Sri Lanka séquestrée lundi n'est pas en état d'être interrogée, a indiqué vendredi l'ambassade de Suisse à Colombo. Des inconnus l'avaient retenue et menacée.

L'état de santé de l'employée s'est détérioré. Elle n'est donc pour l'instant pas en mesure de témoigner, indique la représentation helvétique dans une prise de position publiée sur les réseaux sociaux, sans donner plus de précisions.

L'employée locale de l'ambassade a été détenue contre sa volonté dans la rue, forcée à monter dans une voiture et menacée par des inconnus pour qu'elle leur fournisse des informations concernant l'ambassade, explique le document. Selon des médias locaux, les inconnus auraient tenté de lui extorquer des données de téléphonie mobile de citoyens sri-lankais qui ont déposé récemment des demandes d'asile en Suisse. Elle aurait été relâchée au bout deux heures.

Toujours selon les médias, l'incident est survenu le lendemain du dépôt d'une demande d'asile en Suisse d'un fonctionnaire de haut rang de la police sri-lankaise. Le Secrétariat d'État aux migrations (SEM) n'a pas fait de commentaire à ce propos, renvoyant au principe de la protection de la personnalité.

Liens politiques

Le haut fonctionnaire de police qui aurait demandé l'asile aux autorités helvétiques aurait participé à des enquêtes portant sur des membres de la famille Rajapaksa, revenue à la tête de l'État à l'occasion de la récente élection présidentielle.

La semaine dernière, le nouveau président Gotayaba Rajapaksa et son frère aîné Mahinda ont consolidé leur pouvoir dans cette île de l'Océan indien. La justice a suspendu l'enquête pour corruption menée contre le chef d'État âgé de 70 ans, au vu de sa nouvelle immunité. Peu après, ce dernier a nommé premier ministre son frère Mahinda, 74 ans et ancien président du Sri Lanka (2005-2015).

Les autorités sri-lankaises ont ordonné jeudi une enquête sur la séquestration de l'employée. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) avait demandé une clarification rapide et complète de l'incident ainsi que des garanties pour la sécurité du personnel de l'ambassade. L'ambassade de Suisse à Colombo collabore pleinement avec les autorités sri-lankaises, précise-t-elle dans le communiqué. (ats/nxp)

Créé: 30.11.2019, 04h57

Articles en relation

Une employée de l'ambassade suisse menacée

Sri Lanka Une employée de l'ambassade de Suisse au Sri Lanka a été retenue plusieurs heures. Le DFAE attend des explications des autorités de Colombo. Plus...

Employée d'ambassade enlevée: enquête ouverte

Sri Lanka Lundi, une femme travaillant pour l'ambassade de Suisse au Sri Lanka a été enlevée durant deux heures. La police enquête. Plus...

Les Rajapaksa reviennent à la tête du Sri Lanka

Asie Gotabaya Rajapaksa a obtenu 52,25% des suffrages pour la présidence du Sri Lanka, devançant largement son rival Sajith Premadasa. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.