«L’enjeu est de garantir un accès aux soins pour tous»

SantéAlain Berset a présenté le rapport d'un groupe d'experts pour maîtriser les coûts de la santé. Reste à savoir quelles mesures seront retenues.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil fédéral va examiner une série de 38 mesures présentées par un groupe d'experts suisses et internationaux pour maîtriser la hausse des coûts de la santé. Le gouvernement ne décidera toutefois qu'au printemps prochain quelles pistes retenir et quel calendrier appliquer, a annoncé le ministre de la santé Alain Berset mercredi devant la presse. Parmi elles, une mesure jugée prioritaire: la fixation de plafonds contraignants assortis de sanctions. Interview.

24 heures: Le Conseil fédéral souhaite-t-il avec ce rapport introduire une sorte de frein aux dépenses dans le domaine de la santé?

Alain Berset: Nous sommes prêts à envisager des mesures qui pour l’instant n’ont pas encore été imaginées sur le plan national. Nous ne pouvons pas voir la situation se développer comme aujourd’hui avec des augmentations de coûts chaque année. Une partie des augmentations est légitime et explicable, mais une partie ne l’est pas.

Nous devons donc empoigner le problème. Beaucoup de mesures sont en cours de réalisation, voire appliquées. Mais il y en a encore d’autres à prendre et ce rapport nous aide à renforcer notre travail. Il permettra peut-être de rassembler ensuite le Parlement et les acteurs de la santé autour de mesures nouvelles pour contrôler les coûts.

Le groupe d’experts prône un plafond contraignant pour les budgets globaux. Votre département pourrait envisager de rétribuer à un tarif moindre le prestataire de soins qui dépasserait ce plafond. Est-ce applicable?

Nous devons d’abord préparer la mise en œuvre de cette mesure. Nous avons pour ce faire les expériences des pays qui nous entourent, comme la France, l’Allemagne et les Pays-Bas. Nous savons aussi que dans le domaine hospitalier, certains cantons, comme Vaud et Genève, ont également fait des expériences. Ce sont des pistes qui peuvent nous aider à développer des mesures sur le plan fédéral.

Néanmoins, si ce plafond est appliqué, cela ne veut-il pas dire que le patient aura intérêt à se faire opérer par exemple durant le premier semestre, pendant que le budget du médecin a encore de la marge, plutôt qu’en décembre où sa limite risque d’être atteinte?

Le cœur de la réflexion est clair : l’enjeu de tout cela est de garantir un accès aux soins de bonne qualité pour tous ceux qui ont besoin de soins médicaux et ce à des coûts supportables. Le principe de base est donc l’accès au système de santé. Mais si l’on veut garantir à long terme un bon accès à ce système et non pas à une réduction des prestations, il faut prendre aujourd’hui des mesures.

Le rapport des experts confirme la politique du Conseil fédéral. Est-ce qu'il sera une sorte de manuel qui va vous permettre de dicter la conduite des partenaires de la santé?

On voit assez bien ce qu’il faut faire dans le domaine de la santé. Le problème, ce n’est pas les mesures, c’est trouver le soutien nécessaire pour les réaliser et comment faire pour qu’à la fin elles soient acceptées au Parlement et que l’on puisse les appliquer avec les partenaires privés. C’est souvent là que cela coince le plus. Dans ce cadre-là, le résultat de ce groupe d’experts vient confirmer que le Conseil fédéral est sur la bonne voie.

Le rapport propose 38 mesures dans tous les domaines possibles. Est-ce que certaines vont ont surpris ?

Pas vraiment! Il n’y a pas de mesure miracle qui est sortie et c’est rassurant! Cela montre que les réflexions que nous avons menées ont permis de couvrir l’ensemble des mesures possibles. Par contre, ce qui m’a surpris, c’est l’unanimité des experts pour certaines mesures que nous n’avons pour l’instant jamais approfondies en Suisse parce que nous estimions qu’elles étaient difficiles à réaliser sur le plan politique. Du coup, le soutien des experts va nous permettre d’avancer.

Vous estimez qu’il y a encore une marge de manœuvre pour faire réduire les coûts qui n’est pas suffisamment exploitée. Qu’est-ce que cela représente par rapport à la hausse moyenne annuelle de 4% des coûts de la santé?

C’est toujours délicat de parler chiffres. Nous savons qu'une part de l’augmentation des coûts s’explique par le vieillissement de la population et les progrès techniques. Mais il reste une part qui est beaucoup moins explicable et elle est de 1 à 1,5% chaque année. Chaque année séparément, ce n’est pas beaucoup, mais cumulé, cela fait des montants considérables.

Créé: 25.10.2017, 16h21

Articles en relation

Alain Berset au chevet des coûts de la santé

Suisse Le Conseil fédéral ne décidera qu'au printemps prochain quelles pistes retenir et quel calendrier appliquer. Plus...

Médecins étrangers: la droite s'oppose à Berset

Suisse Les partis bourgeois ne veulent pas du nouveau système d'admission des médecins proposé par Alain Berset. Plus...

Première rencontre entre Berset et Macron

Allemagne Le vice-président du Conseil fédéral s'est entretenu avec le chef d'Etat français à l'occasion du salon du livre de Francfort. Plus...

Berset: «On ne peut pas réaliser l’impossible»

Assurance maladie Le ministre de la Santé Alain Berset revient sur la nouvelle hausse des primes. Et appelle les acteurs à faire des efforts. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Comparatif de prix

Avec notre service de comparaison, vous trouverez l'assurance maladie appropriée.
comparer maintenant

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.