L'entente de droite se lézarde à Fribourg

Conseil d'EtatLe PDC soutient le PLR dans la course à la succession de la Verte Marie Garnier. Au détriment de l’UDC.

Le fauteuil laissé vacant par Marie Garnier attise les convoitises de la droite fribourgeoise.

Le fauteuil laissé vacant par Marie Garnier attise les convoitises de la droite fribourgeoise. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le PDC fribourgeois a tranché jeudi soir: il suggère à ses électeurs de soutenir le libéral-radical Didier Castella lors de l’élection complémentaire au Conseil d’État. Sept candidats seront en lice le 4 mars. Tout se jouera sans doute lors du second tour, trois semaines plus tard, pour remplacer l’écologiste Marie Garnier, démissionnaire. «Didier Castella est le plus proche de nos valeurs démocrates-chrétiennes», affirme André Schoenenweid, président du PDC cantonal.

Pourtant, la décision n’a été prise qu’à 75 voix contre 46. De nombreux militants PDC souhaitaient laisser la liberté de vote entre le poulain du PLR et celui de l’UDC, le député Ruedi Schläfli. C’était notamment le cas des conseillers d’État Georges Godel et Jean-Pierre Siggen, relevait vendredi La Liberté. Il s’agissait, dans leur esprit, de préserver l’entente bourgeoise qui réunit depuis 2013 les trois partis du centre droit fribourgeois. «Mais le comité directeur ne voulait pas donner l’impression de ne pas avoir d’avis clair, explique André Schoenenweid. Dans un scrutin au système majoritaire, il faut présenter une personne rassembleuse. Malheureusement, nos partenaires UDC et PLR n’ont pas voulu s’entendre pour une candidature unique.»

«Nos succès arrivent souvent quand nous partons seuls au combat»

Ruedi Schläfli se dit «déçu, mais pas fâché». L’agriculteur de Posieux estime que ses chances sont intactes. L’UDC, rappelle-t-il, est devenue la première force politique du canton lors des élections fédérales de 2015. Le parti espère profiter de cette occasion pour faire son entrée au Conseil d’État, composé aujourd’hui de trois PDC, un PLR, deux PS et une Verte. «Nos succès arrivent souvent quand nous partons seuls au combat, sans rien devoir à personne…» glisse Ruedi Schläfli.

À gauche, on se garde bien de commenter les dissensions qui apparaissent dans le camp adverse. Socialistes et Verts partent eux aussi divisés. Le PS a en effet estimé que la candidate écologiste Sylvie Bonvin-Sansonnens n’avait pas la carrure pour résister aux assauts de la droite. Du coup, il a fait appel à la conseillère nationale Valérie Piller Carrard. «Nous avons pris nos responsabilités, assume Benoît Piller, président du PS fribourgeois. Nous offrons un choix à la population. C’est la démocratie.»

Du côté des Verts, le président Bruno Marmier reste serein. Sa candidate, actuelle cheffe du groupe écologiste au Grand Conseil, a «toute la crédibilité requise pour reprendre le Département des institutions et de l’agriculture» des mains de Marie Garnier. Et il ne se gêne pas pour critiquer le choix de ses habituels alliés socialistes: «Valérie Piller Carrard a démontré ses limites l’autre soir sur le plateau de La Télé. Elle n’a absolument pas l’envergure d’une conseillère d’État.» À Fribourg, le printemps sera chaud. (24 heures)

Créé: 02.02.2018, 22h32

Articles en relation

Sept candidats pour succéder à Marie Garnier

Canton de Fribourg La chancellerie cantonale a publié la liste définitive des candidats à la succession de de la ministre fribourgeoise. Plus...

L'UDC dans la course au siège de Marie Garnier

Fribourg La section fribourgeoise du parti agrarien a présenté mercredi son candidat à l'élection complémentaire: Ruedi Schläfli. Plus...

L’affaire Garnier tourne au vinaigre entre Verts et PS

Alliance La division de la gauche à Fribourg fait des vagues au niveau national. Christian Levrat se défend de tout intérêt personnel. Plus...

Le PLR brigue un deuxième siège

Fribourg Le parti bourgeois se lance dans la course pour la succession de la ministre verte démissionnaire Marie Garnier. Plus...

L'immunité de Marie Garnier est levée

Canton de Fribourg Le Grand Conseil fribourgeois lève l'immunité de la conseillère d'Etat démissionnaire Marie Garnier, soupçonnée de violation du secret de fonction. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.