Passer au contenu principal

SuisseEspionnage: bras de fer entre Berne et Moscou

La Suisse a refusé des accréditations à des diplomates russes. Le Kremlin a répliqué. De quoi animer la rencontre entre Ignazio Cassis et Sergueï Lavrov.

Ignazio Cassis doit jouer serré dans le dossier de l'espionnage russe.
Ignazio Cassis doit jouer serré dans le dossier de l'espionnage russe.

La Suisse a montré sa mauvaise humeur à la Russie en refusant des accréditations de diplomates russes ces dernières semaines, a déclaré lundi Ignazio Cassis. Mais ce que n'a pas dit le patron des Affaires étrangères, c'est que Moscou a répliqué, ainsi que l'explique le Tages-Anzeiger.

Berne a opposé son veto à trois accréditations de diplomates russes pour Berne, Genève et Zurich. Et le Kremlin a fait de même de son côté, se basant sur son principe de la réciprocité.

Motus russe

La Russie se refuse toujours à tout commentaire sur l'affaire des deux Russes arrêtés aux Pays-Bas pour soupçon de piratage du Laboratoire de Spiez (BE). L'Ambassade de Russie à Berne a toutefois «regretté» sur Facebook que «sous la plume des journalistes suisses infatigables», des accusations non fondées et non prouvées sont parvenues en Russie.

Ignazio Cassis doit s'entretenir prochainement avec le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov pour évoquer ces différentes affaires. Il pourrait également évoquer la tentative de cyberattaque contre l'Agence mondiale antidopage (AMA) à Lausanne. Celle-ci avait débouché en mars 2017 sur une procédure pénale contre deux espions russes présumés.

La Coupole s'agite

Les parlementaires suisses haussent également le ton. La Commission de la politique de sécurité du Conseil national a inscrit l'espionnage russe à son ordre du jour du 8 octobre. Elle attend désormais une prise de position écrite du Conseil fédéral. «Nous sommes sensibles à ce sujet, mais avant de faire quoi que ce soit, nous voulons être informés», a expliqué son président Werner Salzmann (UDC/BE).

La Délégation de Commission de Gestion prévoit également de traiter ce dossier dans le courant de la semaine. Son président, Claude Janiak (PS/BL), qui préside également les débats au Conseil des Etats, attend des informations pertinentes de la part de représentants du ministère public de la Confédération et des services de renseignement.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.