L'essor de Lonza fait du Valais «une terre d'innovation»

IndustrieLe groupe chimique bâlois va créer des centaines d'emplois à Viège. Le conseiller d'Etat Christophe Darbellay jubile.

Le complexe industriel projeté à Viège par Lonza se compose de cinq bâtiments (image de synthèse), sur un terrain de 100'000 mètres carrés.

Le complexe industriel projeté à Viège par Lonza se compose de cinq bâtiments (image de synthèse), sur un terrain de 100'000 mètres carrés. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lonza investit massivement sur son site de Viège, dans le Haut-Valais. Le groupe bâlois y construit un nouveau complexe, comprenant jusqu'à cinq bâtiments. Il sera mis en service progressivement, à partir de la mi-2018, selon le directeur général, Richard Ridinger. Plusieurs centaines d'emplois seront créés, alors que l'usine de Viège compte déjà 2700 collaborateurs. «C'est une nouvelle fantastique, réagit Christophe Darbellay, conseiller d'Etat en charge de l'Economie et de la formation. Un développement industriel d'une pareille ampleur, c'est rare. Cela contribuera à changer l'image du Valais: nous ne sommes plus seulement un canton agricole et touristique, mais une terre d'innovation.» Interview.

Le Conseil d'Etat veut s'engager pour offrir à Lonza les meilleures conditions cadres possibles. Concrètement, qu'allez-vous faire?
Travailler sur l'efficacité, la diminution de la bureaucratie, l'accélération des procédures. Pour être en mesure d'attirer à Viège les meilleurs talents, il va falloir un cadre de vie adéquat: des places de crèche, des activités culturelles, peut-être une école internationale... On parle par exemple de 150 ingénieurs en robotique à embaucher!

Les jeunes Valaisans auront-ils aussi leur chance?
Bien sûr. Un gros travail a été fait ces dernières années pour renforcer la HES et pour créer le pôle de l'EPFL de Sion.

Ce pôle est spécialisé dans les domaines de l'énergie et de la santé. Est-ce compatible avec l'activité pharma et biotech de Lonza?
En partie. Mais ces structures de recherche sont modulables. Nous allons exploiter toutes les synergies possibles.

Vous pouvez donc tourner la page du scandale de la pollution au mercure imputée à Lonza?
Ce sont deux choses bien différentes. Cette pollution est un héritage des générations précédentes. Notre rôle est de résoudre ce problème, et cela ne se fait pas en un jour. Mais les choses avancent de manière constructive, les dirigeants sont conscients de leurs responsabilités. Je suis raisonnablement optimiste à cet égard.

A l'autre bout du canton, le site de la raffinerie de Collombey est à l'abandon. Cela inquiète-t-il le ministre de l'Economie que vous êtes depuis trois mois?
Le dossier fiscal est clos, c'est déjà une bonne chose (ndlr: sur décision du Tribunal fédéral, Tamoil devra verser plus de 5 millions de francs au fisc). Maintenant, si le site n'est plus exploité comme raffinerie, il faudra le démanteler. Nous mettrons la pression nécessaire pour cela. Même chose en ce qui concerne l'ancienne centrale de Chavalon. Mais jusqu'à présent, j'ai surtout pris des contacts avec les entreprises actives dans notre canton, qui ont des projets industriels.

L'extension de Lonza sera-t-elle suivie d'autres bonnes nouvelles prochainement?
Ce que je peux dire, c'est que les perspectives sont intéressantes pour l'avenir du Valais. Malgré le contexte politique difficile, lié notamment à la restriction de l'immigration, les entreprises y croient et veulent aller de l'avant. (24 heures)

Créé: 27.07.2017, 07h46

les grandes ambitions du groupe Lonza

Le complexe industriel en chantier à Viège doit concrétiser un nouveau concept développé par Lonza. Il permet, selon le groupe bâlois, d'accélérer d'au moins douze mois l'arrivée d'un médicament sur le marché. Lonza a conclu pour ce faire un partenariat avec le géant pharmaceutique Sanofi.
Lonza n'est pas en mesure de chiffrer le coût total de l'opération. En février dernier, les deux partenaires annonçaient un investissement de 290 millions de francs pour ce qui sera l'un des cinq modules du futur complexe. A lui seul, ce bâtiment implique la création de 200 nouveaux postes de travail à plein temps.
Avec des résultats en forte progression, Lonza semble avoir les moyens de ses ambitions. Son chiffre d'affaires a atteint 2,32 milliards de francs au premier semestre 2017, soit 15,1% de mieux que lors de la même période de l'an dernier.

Articles en relation

Lonza reçoit le feu vert pour racheter Capsugel

Pharma Le groupe bâlois de spécialités chimiques devrait boucler dans les prochains jours la transaction, a-t-il indiqué mardi. Plus...

Lonza réalise déjà un bénéfice record en 2017

Chimie Le groupe chimie bâlois va revoir ses objectifs à la hausse pour 2017 en raison de résultats positifs. Plus...

Lonza et Sanofi créent 200 emplois en Valais

Industrie Les deux sociétés investissent 290 millions de francs dans une usine biologique à Viège. Plus...

Pourquoi la purge du mercure se fait attendre en Valais

Pollution Aucun des terrains touchés dans la région de Viège n’a encore été assaini. La pression monte sur l’usine chimique Lonza. Plus...

La hantise du mercure contamine le Haut-Valais

Décodage La région de Viège subit une pollution sans précédent en Suisse. Reportage Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...