«L’État suisse devient le complice des passeurs!»

AsileLe durcissement de la loi sur l'asile est combattu par les Verts, qui soutiennent le référendum du 9 juin. Le conseiller aux États Robert Cramer exprime son indignation.

Robert Cramer, conseiller aux États (Verts/GE), est membre de la commission des institutions politiques de la chambre des cantons.

Robert Cramer, conseiller aux États (Verts/GE), est membre de la commission des institutions politiques de la chambre des cantons. Image: Laurent Crottet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le durcissement de la loi sur d'asile est combattu à gauche. Les jeunes Verts et des associations de défense des réfugiés ont lancé le référendum sur lequel nous voterons le 9 juin. Le PS suisse n'apporte pas son soutien officiel, craignant qu'un verdict populaire n'ouvre la porte à de nouveaux durcissements.

Les partis de droite appellent à dire oui le 9 juin. Ces changements démantèlent en rien le droit d'asile, juge la conseillère nationale Isabelle Moret (PLR/VD). Ce n'est pas du tout l'opinion du conseiller aux États Robert Cramer (Verts/GE). Questions.

24 heures - Cela vous dérange qu'on veuille accélérer les procédures de l'asile?

Robert Cramer - Pas du tout. L'idée d'accélérer les procédures est une excellente chose. D'abord pour les requérants eux-mêmes, car l'incertitude est destructrice. Ce qui me dérange, c'est qu'avec le changement de la loi, le fait d'être un déserteur n'est plus un motif d'asile. Cette norme a été imaginée pour les ressortissants de l’Érythrée. Mais on ne peut pas refouler ces personnes dans leurs pays car on sait qu'elles vont y être torturées et assassinées. Par conséquent on les gardera, mais sans statut de réfugié officiel.

Ne faut-il pas poser des conditions pour éviter une augmentation des demandes?

Si c'est ce que vous voulez, alors interdisons les demandes d'asile et on n'en parle plus... Pour moi il y a pire encore que le dossier des déserteurs: c'est le fait qu'on a supprimé la possibilité de déposer des demandes par les ambassades à l'étranger. Je le tiens pour une véritable saloperie! Cela ne peut qu'alimenter les filières illégales. L’Etat suisse devient le complice des passeurs qui exploitent la détresse humaine en organisant ces filières. Ces passeurs traversent des mers, des déserts, parfois abandonnent les gens, les rançonnent, les violent. En plus la Suisse pratique une hypocrisie monstrueuse. Des gens qui fuient les violences en Syrie se rendent à l'ambassade suisse en Jordanie et on leur refuse un visa humanitaire en leur disant: Mais vous êtes dans un pays sûr!

Ne trouvez-vous pas souhaitable de séparer les requérants récalcitrants des autres?

Pourquoi? Nous vivons en Suisse dans un État de droit. Si un requérant d'asile commet des délits, il est susceptible d'être condamné. Au-delà de ça je ne comprends pas ce qu'est un récalcitrant: c'est quelqu'un de désagréable ou qui pose trop de questions? Cette notion est confuse et cela ne donnera que de mauvais résultats. Des centres spéciaux ne peuvent avoir qu'un caractère pénitentiaire. On compte ouvrir des casernes désaffectées à 2500 mètres d'altitude pour instaurer des régimes de privation de liberté... C'est le genre de choses que l'on inflige aux fortes têtes parmi des condamnés et ce sera infligé pour des motifs qui ne sont pas compréhensibles.

En somme vous rejetez toute la loi?

Absolument, et le fait de l'avoir fait voter en urgence au Parlement pour qu'elle s'applique dès le début 2013 est une raison supplémentaire. Les lois d'urgence sont prévues pour des cas exceptionnels, lorsqu'un problème ne peut pas attendre. En l'occurrence, c'est une invention du Conseil national pour éviter que le référendum ait un effet suspensif. Cette raison suffirait à elle seule à voter non le 9 juin!

Vous ne craignez pas une défaite?

Certains craignent qu'un échec populaire serait la porte ouverte à de nouveaux durcissements. Mais la question ne se pose plus en ces termes. Quand on voit la façon dont le débat sur l'asile est parti en Suisse j'ai le sentiment qu'il n'y aura plus aucune limite dans le durcissement. Les seules limites seront posées par le droit international. Alors je considère qu'il n'y a plus rien à perdre, quel que soit le résultat. Christophe Darbellay n'a pas attendu le résultat du vote pour demander les empreintes génétiques des futurs récalcitrants.

Créé: 01.05.2013, 07h48

Articles en relation

«Il est inhumain de faire attendre les réfugiés si longtemps»

Asile La révision de la loi sur l'asile n'écorne pas les droits humains, estime la droite. La conseillère nationale Isabelle Moret appelle à voter oui et à rejeter le référendum le 9 juin prochain. Plus...

Les requérants se sont rués dans les ambassades suisses

Asile De nombreux requérants ont semble-t-il tenté de précéder le changement de loi introduit par le Parlement le 29 septembre 2012, qui supprime le droit de demander l'asile depuis l'étranger. Plus...

Un comité soutient la révision de la loi sur l'asile

Votation du 9 juin Un comité de parlementaires PDC, PLR, UDC, PVL, PBD, PEV et de la Lega a vanté mardi à Berne les avantages de la réforme qui accélère les procédures et réduit le nombre de demandes d’asile. Plus...

L'UDC joue avec les chiffres de la criminalité

Requérants d'asile Pour l'Union Démocratique du Centre, la moitié des requérants d'asile en Suisse sont des criminels mais dans les faits, ils ne représentent que 9%. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.