Passer au contenu principal

SuisseLes Etats s'attaquent à la loi sur les armes

Une révision de la loi sur les armes est nécessaire si la Suisse veut rester dans Schengen.

Berne a déjà obtenu plusieurs concessions de Bruxelles pour sa révision de la loi sur les armes.
Berne a déjà obtenu plusieurs concessions de Bruxelles pour sa révision de la loi sur les armes.
Keystone

Le Conseil des Etats entame ce mardi le débat. L'enjeu: respecter la directive de l'UE tout en donnant des gages au lobby des tireurs, qui promet un référendum.

Bruxelles va renforcer d'ici fin 2019 sa réglementation en réponse à la menace terroriste. Dans le cadre des accords de Schengen, la Suisse s'est engagée à reprendre le droit européen d'ici mai 2019. Sans quoi elle court le risque de voir les accords dénoncés.

Accès plus difficile

La nouvelle directive européenne doit rendre plus difficile l'accès aux armes susceptibles de faire beaucoup de victimes, comme certaines armes semi-automatiques. Or le Conseil national a adopté en mai dernier deux dispositions incompatibles avec la réglementation européenne.

L'une concerne les chargeurs de grande capacité, l'autre le marquage des armes à feu assemblées. La commission du Conseil des Etats veut corriger le tir. Mais consciente de l'hostilité des milieux du tir, la commission propose aussi quelques gestes en leur faveur, notamment quant à la tenue par les armuriers d'un inventaire des chargeurs de grande capacité.

Loi sur mesure

Berne a déjà obtenu plusieurs concessions de Bruxelles pour sa révision de loi. Les chasseurs ne sont pas concernés. Pour les armes de service, pas de changement: elles pourront continuer à être conservées à la maison après le service militaire. Aucun test psychologique ne sera exigé. Un registre central des armes ne devra pas être créé.

L'UDC, opposée à toute réglementation imposée par Bruxelles, s'est faite le porte-voix de l'opposition à la loi. La directive européenne ne servirait à rien pour lutter contre le terrorisme. Elle serait le premier pas vers un désarmement de la Suisse et une atteinte aux traditions helvétiques du tir.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.