Les Européens de l'Est continuent d'affluer en Suisse

ImmigrationLe nombre de résidents étrangers en Suisse a continué d'augmenter en 2012. Les Européens de l'Est contournent les contingents par le biais des autorisations de courte durée. Les partis demandent de nouvelles mesures.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nombre des citoyens européens venus s'établir en Suisse a encore augmenté l'an dernier. Les chiffres de l'Office fédéral des migrations (ODM) pour les onze premiers mois de l'année permettent d'estimer à 78'000 personnes le solde migratoire net de la Suisse pour 2012, note le Bund dans son édition de jeudi.

Le record qui avait suivi l'introduction de la libre circulation des personnes avec l'Union européenne (UE), avec près de 100'000 nouveaux arrivés pour la seule année 2008, n'a pas été atteint. En revanche, le solde migratoire avec l'Union européenne a encore augmenté de 5%, bien que le Conseil fédéral ait décidé en mai de limiter l'afflux de citoyens européens en actionnant la «clause de sauvegarde».

Boom des demandes de courte durée

Le détail montre que la poussée migratoire est venue essentiellement de l'UE, plus précisément de ses huit nouveaux membres d'Europe centrale et orientale (UE-8). Le Conseil fédéral a limité, depuis mai, les autorisations de séjour de longue durée (catégorie B) accordées à ces pays. Mais cette limitation s'est soldée par une forte hausse des autorisations de courte durée.

Ces dernières ne sont pas contingentées, de sorte qu'entre mai et novembre 2012, la Suisse a enregistré 9000 demandes d'autorisations de séjour de courte durée en provenance des pays de l'UE-8. D'ici mai 2013, la limite qui permettrait au Conseil fédéral de limiter à leur tour les autorisations de courte durée devrait donc être franchie.

Contingents ou mesures d'accompagnement

La majorité des partis gouvernementaux se fait fort de réclamer de nouvelles restrictions, même si celles-ci sont susceptibles de fâcher l'UE. Le président du PLR Philipp Müller estime dans le Bund que le Conseil fédéral devra invoquer une nouvelle fois la clause de sauvegarde et contingenter les séjours de courte durée. Un avis partagé par le PDC et l'UDC.

Seul Christian Levrat ne tient pas l'idée pour bonne. Un nouveau contingent n'apportera rien: mieux vaudrait agir, selon le président du PS, via les «mesures d'accompagnement». Introduites en 2004, celles-ci doivent protéger les travailleurs contre le risque de sous-enchère lié à la libre circulation des personnes.

Créé: 11.01.2013, 07h52

Articles en relation

«Il faut donner la préférence aux travailleurs suisses!»

Libre circulation Influent membre du PDC Suisse, Gerhard Pfister veut un contre-projet à l’initiative UDC contre «l’immigration de masse». Il pointe la responsabilité de l’économie dans la crispation actuelle Plus...

La libre circulation n'augmente que peu le revenu par habitant

Immigration Selon une étude de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, les Suisses ne profitent pas directement de l'immigration au niveau de leur revenu. Plus...

L'activation de la clause de sauvegarde nuit aux relations avec l'UE

Accords bilatéraux La résolution du Parlement européen contre la clause de sauvegarde activée par la Suisse le démontre clairement: la Confédération n'a pas facilité ses futures discussions avec l'Union européenne (UE). Plus...