Evacuation de squatters: des dégâts importants

BerneLa police a dû tirer des balles en caoutchouc pour déloger un collectif, mercredi. La manifestation qui a suivi a dégénéré.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La manifestation qui a suivi l'évacuation mercredi d'un immeuble bernois illégalement occupé par des squatters a causé d'importants dégâts. Les dommages se montent à plusieurs dizaines de milliers de francs.

D'abord tolérée par la police bernoise, la manifestation a été stoppée dans la Länggasse, à proximité de la gare. Environ 300 personnes se sont réunies en soirée.

La police a constaté d'importants dégâts: sprayages, vitrine, bancomats, voiture ou arrêts de bus détruits. Plusieurs personnes ont été contrôlées, indique jeudi la police cantonale.

Balles en caoutchouc

Le déclencheur de la manifestation a été l'évacuation d'un bâtiment, propriété de la Confédération. La police cantonale bernoise a dû tirer des balles en caoutchouc pour déloger le collectif. Cinq policiers ont dû se soumettre à un contrôle médical après avoir été blessés par les squatters.

«La brutalité avec laquelle les squatters ont attaqué les policiers est absolument inacceptable» selon Johanna Bundi Ryser, présidente de la Fédération suisse des fonctionnaires de police (FSFP).

La commission juridique du Conseil des Etats a soutenu une demande pour un durcissement du cadre pénal lors de violence et de menaces contre les fonctionnaires. La balle est actuellement dans le camp de la commission du Conseil national, rappelle la FSFP. (ats/nxp)

Créé: 23.02.2017, 17h07

Articles en relation

Heurts lors de l'évacuation par la force de squatters

Berne L'opération menée mercredi au centre-ville a tourné à l'affrontement. La police a fini par tirer des balles en caoutchouc. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.