Eveline Widmer-Schlumpf aurait le soutien du peuple pour rester

Conseil fédéralLe souverain verrait bien la ministre grisonne rempiler pour quatre ans, selon un sondage.

Selon un sondage de la presse dominicale, près de quatre Suisses sur dix ne changeraient rien à la composition du Conseil fédéral.

Selon un sondage de la presse dominicale, près de quatre Suisses sur dix ne changeraient rien à la composition du Conseil fédéral. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Suisses voudraient qu’Eveline Widmer-Schlumpf reste à son poste. C’est du moins ce que suggère un sondage Isopublic commandé et publié hier par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. A la question «Quelle devrait être la composition du Conseil fédéral à partir de décembre 2015?», la plus grande partie des sondés (39%) a répondu par le statu quo. Eveline Widmer-Schlumpf (EWS) devrait donc rester au gouvernement.

Les sondés sont deux fois moins (19,5%) à imaginer qu’elle se retire ou qu’elle rate sa réélection, laissant sa place à un deuxième ministre UDC. Pour 16,9% d’entre eux, l’élue grisonne devrait être remplacée par un Vert ou un vert’libéral. Quant au scénario d’un deuxième siège qui serait octroyé à l’UDC au détriment du PLR, il ne récolte que 13,4% d’avis positifs.

Ce sondage relance les conjectures à huit mois des élections fédérales. Elue en 2007 à la suite de l’éviction de Christoph Blocher du Conseil fédéral, EWS a été réélue en 2011 avec le soutien de la gauche et du centre, bien que sa propre formation, le Parti bourgeois-démocratique (PBD), pèse peu à Berne: dix sièges seulement sous la Coupole. En face, l’UDC cherche à regagner son deuxième siège et n’entend pas le faire au détriment de l’un des deux sièges PLR. Ce sondage redonne sourire aux centristes: «Les UDC eux-mêmes n’y croient plus», commente le président du PDC, Christophe Darbellay, dans la presse dominicale. Les 19,5% qui demandent le départ d’EWS ne représentent en effet même pas la force électorale de l’UDC, qui pèse 25% dans les sondages.

«Seul le bilan compte»
A droite, on hausse les épaules. «Si on avait demandé aux Suisses s’ils sont attachés à la formule magique, je vous fiche mon billet qu’une majorité aurait également répondu oui», réagit Christian Lüscher, vice-président du PLR suisse. La formule magique arithmétique, instituée en 1959 et qui a eu cours jusqu’en 2007, devrait selon le Genevois attribuer deux sièges aux trois partis les plus forts (actuellement l’UDC, le PS et le PLR) et un siège au quatrième parti (le PDC).

Vice-président du groupe UDC à Berne, Guy Parmelin acquiesce: «Ce sondage est une photographie partielle qui ne dit pas grand-chose. Le destin d’EWS dépendra des élections fédérales d’octobre et de la force des partis à Berne. Elle sera surtout jugée sur son bilan, ajoute le Vaudois, et là il faudra bien reconnaître que l’avenir de la place financière suisse est très loin d’être assuré!»

Majorité aux Chambres
Si les forces politiques restaient stables après le scrutin, les chances d’EWS seraient intactes. Elle pourrait compter sur le soutien de la gauche. «Le PS a voté pour elle à deux reprises, je ne vois pas pourquoi il en irait autrement en 2015», déclarait Christian Levrat en octobre. Ensemble, la gauche, le PDC et les petits partis du centre ont la majorité. «Si cette configuration se répète, elle sera réélue», doit reconnaître Christian Lüscher.

Reste l’inconnue des Vert’libéraux, parti proche de l’UDC sur certains thèmes. «Je ne peux pas présumer de ce qui va se passer en octobre, réagit son vice-président, Laurent Seydoux. Mais ce qui pèsera lourd dans la balance, c’est qu’elle a soutenu le tournant énergétique. C’est un sujet capital pour notre parti.» La principale variable de l’équation 2015 reste la décision d’EWS elle-même: a-t-elle l’intention de rester au Conseil fédéral? L’intéressée n’a fait aucune déclaration et laisse planer le mystère. Texte gras Malgré des dossiers impopulaires, la ministre Eveline Widmer-Schlumpf garde la cote dans les sondages. KEYSTONE

Créé: 28.12.2014, 21h05

Articles en relation

Vaud et Genève face à Widmer-Schlumpf sur la fiscalité des entreprises

Débat Grand débat mardi soir à Morges avec les conseillers d’Etat Serge Dal Busco et Pascal Broulis sur la fiscalité des entreprises. Une question: qui va payer? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.