Un ex-cadre fédéral pourra être poursuivi

Flotte suisseUn ancien employé de l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique est dans le viseur de la justice pour gestion déloyale et escroquerie.

Selon la loi fédérale, une autorisation du DFJP est nécessaire pour ouvrir une poursuite pénale contre des fonctionnaires. (Photo d'illustration)

Selon la loi fédérale, une autorisation du DFJP est nécessaire pour ouvrir une poursuite pénale contre des fonctionnaires. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Ministère public de la Confédération (MPC) peut poursuivre ses investigations contre un ancien cadre de l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique (OFAE) en lien avec la marine marchande. Le Département fédéral de justice et police a donné son feu vert.

Le Département de justice et police (DFJP) a donné le 11 avril dernier l'autorisation au MPC d'engager des poursuites pour gestion déloyale des intérêts publics et escroquerie en matière de prestations dans le cas qui l'intéressait, a indiqué dimanche à l'ats une porte-parole, confirmant une information de la NZZ am Sonntag.

Selon la loi fédérale, une autorisation du DFJP est nécessaire pour ouvrir une poursuite pénale contre des fonctionnaires en raison d'infractions en rapport avec leur activité ou leur situation officielle, explique la porte-parole. Cette étape fait suite au rejet en février, par le Tribunal pénal fédéral, du recours de l'ancien fonctionnaire contre la reprise de la procédure pénale.

Gestion déloyale

Il est reproché à l'ancien chef d'état-major de l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays d'avoir autorisé le report de l'amortissement de navires cautionnés afin de pouvoir financer des unités non cautionnées. A fin octobre 2016, le MPC avait renoncé à entrer en matière sur cette plainte qui émanait du Contrôle fédéral des finances (CDF).

Mais à l'été suivant, le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR) avait à son tour porté plainte contre son ancien fonctionnaire. Il avait produit de nouvelles preuves et fait valoir de nouveaux faits.

Le MPC avait rouvert la procédure sur la base de ces nouveaux éléments. Ceux-ci consistaient notamment en un rapport du CDF datant d'avril 2017 relatif à une enquête administrative sur l'octroi et le contrôle des cautionnements accordés aux armateurs suisses. (ats/nxp)

Créé: 22.04.2018, 13h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.