L’expansion de CarPostal France fait hurler les élus

TransportLa Poste est sous le feu des critiques. Alors qu’elle veut se retirer du marché français, sa filiale vient de signer des contrats à Marseille.

Transazur, filiale de Carpostal France, a décroché fin juillet un contrat pour deux lignes de bus et plusieurs mandats de transports d'élèves dans l'agglomération de Marseille.

Transazur, filiale de Carpostal France, a décroché fin juillet un contrat pour deux lignes de bus et plusieurs mandats de transports d'élèves dans l'agglomération de Marseille. Image: CarPostal France

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Poste pensait avoir désamorcé l’affaire, voilà qu’elle ressurgit sur les bords de la Méditerranée. Alors qu’elle est mouillée dans le scandale des subventions indûment perçues par le géant jaune, CarPostal France vient de s’emparer de plusieurs lignes dans la région de Marseille. Ce qui semble en contradiction avec les objectifs du conseil d’administration, puisque son président, Urs Schwaller, avait annoncé vouloir se retirer du marché français. Une revente de la filiale était même évoquée.

Révélée par la HandelsZeitung, cette information suscite un tollé général à Berne. «Vouloir se désengager, ce n’est pas poursuivre une expansion, réagit Guillaume Barazzone (PDC/GE). C’est incompréhensible. Il faut que ça cesse!» Tout aussi remonté, Ulrich Giezendanner (UDC/AG) explique être tombé de sa chaise lorsqu’il a appris la nouvelle. «On marche sur la tête dans cette affaire.»

Ces deux élus font partie – avec Christian Levrat (PS/FR) – de ceux qui ont alerté le parlement sur les dangers d’une expansion en France. Détail piquant, lorsque le président du PS évoquait les risques qu’encourait le géant jaune, il donnait régulièrement cet exemple prémonitoire: «Heureusement que CarPostal France n’a pas obtenu certains appels d’offres risqués. Imaginez une crise politique à Marseille.»

Contexte explosif

La Poste se serait bien passée d’une telle polémique, elle qui pensait avoir fait le ménage. Fin juin, elle mettait fin à une procédure judiciaire lancée contre CarPostal France par trois transporteurs de l’Isère. L’accord à l’amiable – surgi la veille d’un procès en appel – lui a toutefois coûté la bagatelle de 6,2 millions d’euros. Une semaine plus tard, le géant jaune faisait son mea culpa. Dans un communiqué, il reconnaissait que des coûts n’avaient pas été imputés correctement pour la filiale de CarPostal en France. Un aveu qui fait grandir les doutes sur la rentabilité de ses activités.

C’est dans ce contexte explosif qu’intervient la signature de ces nouveaux contrats dans la cité phocéenne. Et personne, ni à gauche ni à droite, ne comprend cette stratégie. «Est-ce que le conseil d’administration de La Poste a validé cette expansion? lance Olivier Feller (PLR/VD). Si oui, ne nage-t-on pas en pleine incohérence? Si non, comment expliquer que le conseil d’administration n’assure pas davantage de contrôle sur CarPostal en cette période de crise?»

Commission alertée

Jacques André Maire (PS/NE) juge cette décision «pour le moins surprenante, alors que, suite au scandale en Suisse et aux démêlés avec la justice en France, il a été dit que la situation de la filiale serait réexaminée rigoureusement».

Même le très mesuré Martin Candinas (PDC/GR) s’interroge: «Je n’ai absolument rien contre le fait d’acquérir des lignes à l’étranger. Mais il faut qu’elles rapportent de l’argent en Suisse. Aujourd’hui, on ne sait pas vraiment si ces activités sont rentables, et j’attends de La Poste qu’elle fasse toute la transparence. Cette expansion va faire discuter.»

L’affaire rebondira en effet à Berne. «Je poserai plusieurs questions lors de la prochaine séance de la Commission des transports fin août, annonce Ulrich Giezendanner. Si je n’obtiens pas de réponses, je reviendrai à la charge au parlement.» L’élu argovien, qui est à la tête d’une entreprise de transport, l’affirme: «Ces lignes ne peuvent pas être rentables économiquement. Ça va encore compliquer la vente. Qui voudrait d’une entreprise qui ne fait pas de bénéfices?»

En face, CarPostal justifie ses choix. «Les lignes obtenues ont été calculées avec une rentabilité positive et usuelle dans la branche, rétorque Valérie Gerl. La maison mère suisse n’investira pas d’argent.»

Positionner la société

Et la porte-parole de CarPostal de poursuivre: «La Direction du groupe est chargée d’examiner un retrait programmé de son activité en France. Mais jusqu’à nouvel avis, CarPostal France poursuit ses activités, et continue notamment à participer à des appels d’offres afin de s’assurer sa part de marché et de maintenir au moins la valeur de l’entreprise. C’est dans cette optique que CarPostal France a remporté lesdites lignes». Du côté de La Poste, on ajoute qu’il y a une différence entre acquérir de nouvelles lignes et acquérir de nouvelles sociétés.

«On joue sur les mots. Ça montre bien que La Poste est gênée aux entournures, rétorque Hugues Hiltpold (PLR/GE). Cette situation est inacceptable. Alors qu’on est en train de faire toute la lumière sur cette affaire, on ne peut pas continuer à agir comme si de rien n’était. Y a-t-il un pilote dans l’avion?» Pour lui, tout cela ne sent pas très bon.


Comment l’histoire à succès a tourné au fiasco

2004
Début de l’aventure française de CarPostal. L’entreprise décroche un réseau de lignes dans la ville de Dole, en Franche-Comté.

2012
L’entreprise est accusée par des concurrents français établis en Isère de faire du dumping sur les prix pour remporter des appels d’offres.

Octobre 2016
Le Tribunal de commerce de Lyon condamne CarPostal France à verser plus de 10 millions d’euros de dommages et intérêts pour concurrence déloyale. La Poste Suisse bloque l’argent sur un compte et fait recours contre ce verdict.

Décembre 2016
Face à des élus qui s’inquiètent des activités de CarPostal en France, la ministre des Transports, Doris Leuthard, affirme devant le parlement que la filiale fait des bénéfices.

Février 2018
L’Office fédéral des transports (OFT) révèle que CarPostal a indûment encaissé 78 millions de fonds publics entre 2008 et 2015. Le scandale fait tomber le patron de CarPostal. L’OFT refuse de tirer un parallèle avec l’activité de l’entreprise en France.

10 juin 2018
La directrice de La Poste, Susanne Ruoff, éclaboussée par l’affaire, démissionne avec effet immédiat.

11 juin 2018
Urs Schwaller, président du conseil d’administration de La Poste, présente un premier rapport d’experts sur le scandale et annonce que l’entreprise envisage une vente de CarPostal France.

24 juin 2018
Se basant sur ces documents, «Le Matin Dimanche» met en avant les coïncidences entre les montants indûment encaissés et les versements effectués vers CarPostal France.

26 juin 2018
La Poste annonce qu’elle a trouvé un accord à l’amiable avec ses concurrents français. Elle leur verse une indemnité de 6,2 millions d’euros pour clore l’affaire.

4 juillet 2018
La Poste confirme que 67 millions prélevés sur les bénéfices illégaux ont servi à renforcer la présence de CarPostal en France et au Liechtenstein.

Fin juillet 2018
CarPostal France, par sa filiale Transazur, décroche de nouveaux contrats à Marseille, poursuivant ainsi son expansion dans l’Hexagone.

(24 heures)

Créé: 09.08.2018, 21h01

Articles en relation

«Urs Schwaller n’est plus crédible, il doit quitter La Poste»

Affaire CarPostal Olivier Feller emboîte le pas au chef du groupe parlementaire UDC et demande le retrait du président du géant jaune. Plus...

La Poste fait le ménage dans ses managers

Affaire CarPostal Le géant jaune se sépare de sa directrice Susanne Ruoff, suspend les cadres à CarPostal et vire la cheffe de la révision interne. Urs Schwaller se dit abasourdi par les tromperies. Plus...

L’affaire CarPostal rebondit en France avant un jugement crucial

La Poste Les millions perçus illégalement par l’entreprise ont-ils servi à sponsoriser sa filiale en France? Personne ne peut l’exclure à ce stade. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Une irlandaise remet les coucous à l'heure, publié le 18 août
Plus...