Passer au contenu principal

Suisse«L'exploitation de l'Afrique continue»

Simonetta Sommaruga critique l'exploitation des Etats africains par entre autres les pays européens.

Pour Simonetta Sommaruga, «les Etats africains ont été décolonisés, mais leur exploitation se poursuit avec la même intensité.»
Pour Simonetta Sommaruga, «les Etats africains ont été décolonisés, mais leur exploitation se poursuit avec la même intensité.»
Keystone

La seule réponse réaliste pour endiguer la migration vers l'Europe qui en découle est le développement économique, affirme la ministre de la justice dans un entretien avec la «Wochenzeitung» publié jeudi. Car la pauvreté du continent africain ne peut être maîtrisée par «une migration des travailleurs vers l'Europe».

La conseillère fédérale dit souvent entendre que l'Afrique est le meilleur exemple de l'inefficacité de la coopération pour le développement. «Cependant, alors que chaque année 130 milliards de dollars d'aide au développement affluent vers les pays les moins lotis, 1000 milliards de dollars illégaux s'en échappent», poursuit-elle.

«Nous n'avons même pas d’électricité»

Et la ministre de la justice de donner en exemple l'extraction des matières premières. Au cours d'une visite de travail au Niger début octobre, la conseillère fédérale a visité un site d'extraction d'uranium. «Nous exportons de l'uranium, mais nous-mêmes n'avons rien - nous n'avons même pas d’électricité», lui avait-on alors confié.

Dans les pays producteurs de matières premières, l'Etat de droit est souvent faible, souligne encore Mme Sommaruga. Dans ce contexte, les entreprises devraient donc avoir une responsabilité accrue. «Ces dernières ne s'en soucient pourtant pas toujours et ce depuis longtemps», critique la conseillère fédérale.

La Suisse avec ses nombreux consortiums de matières premières devrait empêcher que «des entreprises, qui violent les droits humains et portent atteinte à l'environnement en Afrique, n'aient leur siège en Suisse, entraînant la fuite d'hommes et de femmes», affirme-t-elle encore.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.