«L'exploitation de l'Afrique continue»

SuisseSimonetta Sommaruga critique l'exploitation des Etats africains par entre autres les pays européens.

Pour Simonetta Sommaruga, «les Etats africains ont été décolonisés, mais leur exploitation se poursuit avec la même intensité.»

Pour Simonetta Sommaruga, «les Etats africains ont été décolonisés, mais leur exploitation se poursuit avec la même intensité.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La seule réponse réaliste pour endiguer la migration vers l'Europe qui en découle est le développement économique, affirme la ministre de la justice dans un entretien avec la «Wochenzeitung» publié jeudi. Car la pauvreté du continent africain ne peut être maîtrisée par «une migration des travailleurs vers l'Europe».

La conseillère fédérale dit souvent entendre que l'Afrique est le meilleur exemple de l'inefficacité de la coopération pour le développement. «Cependant, alors que chaque année 130 milliards de dollars d'aide au développement affluent vers les pays les moins lotis, 1000 milliards de dollars illégaux s'en échappent», poursuit-elle.

«Nous n'avons même pas d’électricité»

Et la ministre de la justice de donner en exemple l'extraction des matières premières. Au cours d'une visite de travail au Niger début octobre, la conseillère fédérale a visité un site d'extraction d'uranium. «Nous exportons de l'uranium, mais nous-mêmes n'avons rien - nous n'avons même pas d’électricité», lui avait-on alors confié.

Dans les pays producteurs de matières premières, l'Etat de droit est souvent faible, souligne encore Mme Sommaruga. Dans ce contexte, les entreprises devraient donc avoir une responsabilité accrue. «Ces dernières ne s'en soucient pourtant pas toujours et ce depuis longtemps», critique la conseillère fédérale.

La Suisse avec ses nombreux consortiums de matières premières devrait empêcher que «des entreprises, qui violent les droits humains et portent atteinte à l'environnement en Afrique, n'aient leur siège en Suisse, entraînant la fuite d'hommes et de femmes», affirme-t-elle encore. (ats/nxp)

Créé: 02.11.2017, 16h56

Articles en relation

Sommaruga: «Ce voyage a été lourd, éprouvant»

De retour du Niger Dans le vol au retour d'Agadez, la conseillère fédérale a confié ses impressions après la visite d'un centre de migrants. Plus...

Sommaruga au plus près des défis migratoires

Niger La conseillère fédérale a pu mesurer mercredi et jeudi les défis migratoires auxquels est confronté le Niger lors d'une visite à Niamey et à Agadez. Plus...

Sommaruga signe un accord au Niger

Sécurité alimentaire La Suisse et le Niger ont signé mercredi à Niamey un accord appuyant onze organisations paysannes. Plus...

Sommaruga en visite en Tunisie

Crise migratoire La conseillère fédérale est arrivée lundi à Tunis, où elle doit renforcer le partenariat de la Suisse avec les autorités tunisiennes au sujet de la crise migratoire. Plus...

Sommaruga à Tunis pour parler immigration

Migrants La Suisse veut consolider son partenariat migratoire avec la Tunisie, une zone importante de transit pour les migrants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.