Passer au contenu principal

SuisseFabricants d'avions de combat appelés à l'aide

Les constructeurs aéronautiques sélectionnés pour les nouveaux avions de combat ont été approchés pour participer financièrement à la campagne référendaire, en Suisse.

La Société suisse des officiers (SSO) essaie de profiter du renouvellement de la flotte aérienne suisse pour soutirer de l'argent aux quatre fabricants d'avions de combat ayant répondu à l'appel d'offre de l'armée suisse, affirme la SonntagsZeitung. (Dimanche 8 septembre 2019)
La Société suisse des officiers (SSO) essaie de profiter du renouvellement de la flotte aérienne suisse pour soutirer de l'argent aux quatre fabricants d'avions de combat ayant répondu à l'appel d'offre de l'armée suisse, affirme la SonntagsZeitung. (Dimanche 8 septembre 2019)
Keystone
Cet appareil avait été retenu par les Forces aériennes suisses pour remplacer les F-5 Tiger et épauler les F/A-18. Le programme avait toutefois été rejeté dans les urnes par le peuple suisse le 16 mai 2014. Son constructeur, le groupe suédois Saab, a annoncé à la mi-juin qu'il ne participerait finalement pas aux essais en vol prévus à la fin du mois à Payerne.
Cet appareil avait été retenu par les Forces aériennes suisses pour remplacer les F-5 Tiger et épauler les F/A-18. Le programme avait toutefois été rejeté dans les urnes par le peuple suisse le 16 mai 2014. Son constructeur, le groupe suédois Saab, a annoncé à la mi-juin qu'il ne participerait finalement pas aux essais en vol prévus à la fin du mois à Payerne.
Keystone
C'est également un avion de combat multirôle. Cet avion furtif de dernière génération fait partie des plus modernes actuellement en service. Il est également célèbre outre-Atlantique pour le retard de son programme de développement et l'envolée budgétaire qui en a découlé. Il a été développé et financé par une dizaine de pays de l'OTAN.
C'est également un avion de combat multirôle. Cet avion furtif de dernière génération fait partie des plus modernes actuellement en service. Il est également célèbre outre-Atlantique pour le retard de son programme de développement et l'envolée budgétaire qui en a découlé. Il a été développé et financé par une dizaine de pays de l'OTAN.
Keystone
1 / 6

La Société suisse des officiers (SSO) essaie de profiter du renouvellement de la flotte aérienne suisse pour soutirer de l'argent aux quatre fabricants d'avions de combat ayant répondu à l'appel d'offre de l'armée suisse, affirme la SonntagsZeitung. Selon le journal, la SSO a réclamé dans une lettre une somme à six chiffres à chacun des constructeurs aéronautiques pour le financement de sa campagne référendaire sur l'acquisition des jets militaires. «Lockheed Martin a l'intention de soutenir la campagne», a indiqué au journal une porte-parole du concepteur américain de l'avion furtif F-35.

«Nous vérifions chaque demande de sponsoring et nous nous assurons qu'elle répond à l'appel d'offres», s'est pour sa part contenté de déclarer la société américaine Boeing, qui propose le F/A-18 Super Hornet. Pour Airbus, le constructeur de l'Eurofighter, «la demande de la SSO est une question qui doit être approuvée par le gouvernement suisse».

Le groupe français Dassault, qui produit le Rafale, n'a pas voulu s'exprimer. Des politiciens avertissent dans le journal que les avionneurs étrangers ne doivent en aucun cas s'immiscer dans une campagne de votation en Suisse.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.