Passer au contenu principal

«Face à la crise du franc fort, seules les entreprises peuvent agir à court terme»

2015 s’annonce comme l’année de tous les dangers. Entretien avec la nouvelle directrice d’EconomieSuisse, Monika Rühl.

L’ancienne diplomate Monika Rühl dirige EconomieSuisse, la faîtière des entreprises suisses, depuis six mois.
L’ancienne diplomate Monika Rühl dirige EconomieSuisse, la faîtière des entreprises suisses, depuis six mois.
Patrick Martin

Depuis six mois, c’est elle la patronne d’EconomieSuisse. Diplomate de formation et ancienne secrétaire générale du Département fédéral de l’économie, Monika Rühl affronte désormais la tempête du franc fort. Ses remèdes: dérégulation et ouverture de nouveaux marchés. Entretien.

- Face à la crise du franc fort, EconomieSuisse a multiplié les communiqués dans tous les sens. Est-ce que vous avez pu dégager une ligne claire? - Notre ligne est très claire, depuis le début. Pour le court terme, seules les entreprises peuvent agir. Toutes sont en train d’analyser comment baisser leurs coûts pour rester profitables. Pour notre part, nous pouvons travailler sur le moyen et le long terme.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.