La facture bernoise des JO alimente le doute en Valais

Sion 2026Le canton de Berne adapte son budget lié à la sécurité des Jeux. Il indiquera le nouveau montant après le vote valaisan du 10 juin.

Le canton de Berne adapte son budget lié à la sécurité des Jeux. Il indiquera le nouveau montant après le vote valaisan du 10 juin.

Le canton de Berne adapte son budget lié à la sécurité des Jeux. Il indiquera le nouveau montant après le vote valaisan du 10 juin. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Canton de Berne, qui veut accueillir des matches de hockey, notamment, doit réexaminer ses coûts sécuritaires liés à l’organisation des Jeux de Sion 2026. Le montant initialement annoncé était de près de 10 millions de francs, mais la facture pourrait doubler voire tripler, affirme la «SonntagsZeitung».

Selon le dominical alémanique, le ministre de l’Économie bernois, Christoph Ammann (PS), aurait avancé la somme de 20 à 30 millions la semaine dernière, lors d’une réunion qui a lieu quatre fois par an entre l’Exécutif et les deux conseillers aux États du canton. Les élus auraient décidé de garder ce montant secret avant le 10 juin, afin de ne pas influencer négativement le vote des citoyens valaisans, qui se prononcent ce jour-là sur un crédit d’engagement. Un non signerait la fin du projet olympique.

Vifs démentis
Le sénateur Hans Stöckli, également vice-président du comité de candidature Sion 2026, fulmine face aux allégations de la «SonntagsZeitung». Selon le journal, le socialiste aurait appuyé de ses vœux le report de la publication du calcul des coûts. «C’est un scandale. Je ne me suis pas exprimé sur les JO lors de cette réunion. Soit les informations sont fabriquées, soit il y a des conseillers d’État qui colportent des mensonges, ce qui me surprendrait beaucoup.» Le Bernois ne s’exprime pas sur le fond et le contenu des discussions «confidentielles». «La question des coûts sécuritaires incombe au gouvernement. Je n’ai aucune influence sur celle-ci ni sur le choix de la communication.»

Injoignable lundi, Christoph Ammann a, lui aussi, fustigé sur la chaîne régionale TeleBärn des «spéculations mensongères». L’un des auteurs de l’enquête a, de son côté, défendu la fiabilité de ses sources.

Le gouvernement bernois a indiqué au début du mois de mai qu’il devait revoir les coûts liés à la sécurité. En cause: une décision de la Conférence des gouvernements cantonaux (CdC). Selon celle-ci, les cantons n’ont pas l’obligation de prêter gratuitement leurs policiers aux cantons organisateurs. En l’état actuel, nous nous attendons à une hausse des coûts, déclarait alors Christoph Ammann. Le ministre bernois annonçait être en mesure de dévoiler la nouvelle estimation au mois de juillet.

Quel impact en Valais?
La perspective de voir la facture bernoise prendre l’ascenseur n’a pas échappé aux opposants valaisans à l’organisation des Jeux. Un de leurs arguments principaux consiste à dire que le budget actuel est clairement sous-évalué.

Vendredi dernier, le député Vert au Grand Conseil valaisan Thierry Largey a déposé une interpellation urgente à ce sujet. Si Berne doit revoir sa facture à la hausse, pourquoi est-ce que ce ne serait pas le cas des autres cantons qui accueillent des compétitions? demande en substance l’élu. «Je ne vois pas comment le Valais, principal organisateur, ne pourrait pas être impacté», estime-t-il.

«Je ne vois pas comment le Valais, principal organisateur, ne pourrait pas être impacté»

Contacté, le conseiller d’État valaisan Frédéric Favre assure que la réévaluation bernoise n’a aucune incidence en Valais. «Ça ne touche pas les autres cantons. Chacun est responsable pour la sécurité sur son territoire», insiste-t-il. Et d’assurer que la décision de la CdC n’a aucun impact sur le budget valaisan car celui-ci prend déjà en compte une indemnisation «au tarif maximum» des policiers extracantonaux.

Le 10 juin, les Valaisans devront approuver un crédit de 100 millions pour la candidature aux JO. Dans cette enveloppe, 40 millions concernent les coûts liés à la sécurité et 60 millions les infrastructures. Le budget actuel de Sion 2026 prévoit une facture totale de 303 millions de francs pour la sécurité, dont 174 millions de francs à charge des cantons concernés.

Créé: 21.05.2018, 22h21

Articles en relation

Pour ses opposants, Sion 2026 incarne le Valais du passé

Candidature aux JO 2026 Un comité de citoyens et de politiciens valaisans fait front contre Sion 2026. Pour eux, l’avenir du Valais s’écrit sans Jeux Olympiques. Plus...

«Les villes paient toujours le prix fort pour les JO»

Jeux olympiques d'hiver 2026 Neuf villes, dont Sion, veulent les Jeux d’hiver de 2026. Signe de regain d’intérêt, cette concurrence est aussi la principale cause de déficit, selon l’expert Wladimir Andreff. Plus...

Sion entre officiellement dans la danse olympique

JO 2026 Le processus d’attribution a débuté mardi. Le référendum valaisan sera le premier obstacle à passer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...