5 à 7 ans de prison requis pour 6 à 7 coups de couteau

JusticeLe Ministère public demande des peines de réclusion ferme à l’encontre de dix jeunes qui s’étaient acharnés sur un noctambule de 26 ans devant un bar de Monthey, une nuit d’avril 2017. Cinq d’entre eux pourraient être expulsés vers leurs pays d'origine.

L'avenue des Alpes, à Monthey, était recouverte du sang de la victime suite à cette rixe survenue dans la nuit du 21 au 22 avril 2017.

L'avenue des Alpes, à Monthey, était recouverte du sang de la victime suite à cette rixe survenue dans la nuit du 21 au 22 avril 2017. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Même si le participant d’une rixe n’inflige pas de coup de lame à un adversaire, les blessures peuvent lui être imputées dès lors qu’il a cautionné l’agression. C’est en substance le raisonnement qu’a tenu lundi la procureure valaisanne Emmanuelle Raboud, dans l’enceinte du tribunal cantonal. «Chacun des dix savait qu’au moins trois d’entre eux avaient un couteau sur eux, et qu’ils étaient susceptibles de les utiliser: s’ils n’ont pas voulu l’issue fatale, ils en ont accepté l’éventualité.»

Les dix en question sont des jeunes de Monthey - des copains de longue date, aujourd’hui âgés de 21 à 31 ans - tous coaccusés de tentative de meurtre pour avoir gravement blessé un noctambule un vendredi soir d’avril 2017, devant un bar de leur ville, avenue des Alpes.

Six à sept plaies profondes avaient été constatées entre le bras gauche, le thorax et le dos de ce paysagiste indépendant et ancien boxeur (26 ans cette nuit-là). Certaines auraient pu se révéler fatale, a établi la cheffe du Service de médecine légale des hôpitaux valaisans dans son expertise judiciaire.

La représentante du Ministère public du Bas-Valais a requis des peines oscillant entre 5 et 7 ans de prison ferme à l’encontre de chacun des agresseurs, assorties d’une expulsion vers le pays d’origine des cinq qui n’ont pas été naturalisés: deux Kosovars et trois Portugais.

A l’origine du bain de sang: une dispute aux WC dudit établissement au sujet d’une plainte pénale pour lésions corporelles, déposée deux mois plus tôt contre un proche du clan des dix par un ami de cet entrepreneur au physique d’armoire à glace.

«Ils puisent leur force dans la meute pour nourrir le monstre ainsi créé»

«C’était un guet-apens à 10 contre 1», a lancé la magistrate au cours de son réquisitoire-fleuve de près de deux heures. «Un règlement de compte organisé, préparé -un piège tendu-, sous la forme d’un passage à tabac armé.»

Leurs auteurs: «une bande de petites frappes sans scrupule, qui -à l’instar des hooligans-, puisent leur force dans la meute pour nourrir le monstre ainsi créé, et se croient invincibles.» Tous largement connus (défavorablement) des services de police comme des autorités pénales (y compris le paysagiste) - pour certains déjà lorsqu’ils étaient mineurs. Trois d’entre eux étaient interdits d’entrée dans le bar en question.

La procureure Raboud a également demandé à ce que la victime soit condamnée pour lésions corporelles simples, en raison du coup de poing qui lui aurait été donné en premier par l’instigateur de la rixe. «Le Ministère public ne cautionne pas la violence, quelle qu'elle soit», a-t-elle justifié, avant de requérir une peine pécuniaire de 3000 fr.

Son avocat, Me Laurent Métrailler, a réclamé «un acquittement pur et simple». «Ne serait-ce que parce que les lésions qu’auraient subies le plaignant n’ont pas été établies», a développé l’homme de loi. En cavale en France après le passage à tabac, le Kosovar à l’origine de la plainte contre l’ex-boxeur avait attendu deux mois avant de faire constater une fracture de son os nasal. «Rien ne permet d’exclure qu’il ne s’est pas battu ailleurs durant ce laps de temps, ou qu’il avait déjà le nez cassé le soir de la rixe», a plaidé Me Métrailler.

Et de requérir un montant total de 50'000 fr. pour tort moral à charge des dix multirécidivistes.

Les plaidoiries des dix autres codéfenseurs auront lieu ce mardi.

Créé: 02.04.2019, 09h29

Articles en relation

Au tribunal pour avoir tabassé un homme à 10 contre 1

Justice Le procès des dix jeunes de Monthey ayant infligé de multiples coups de couteau et de tessons de bouteille à un noctambule de 26 ans s'est ouvert à Sion. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.