«Ce qui me rassurait, c’est que je ne me faisais pas arnaquer»

CybercriminalitéUne Neuchâteloise de 21 ans, qui a mis à disposition son compte bancaire pour recevoir des fonds destinés au Bénin, a plaidé non coupable. Le Tribunal de Boudry (NE) n’est pas entré en matière.

Le procès de la jeune mère de famille s'est déroulé ce jeudi matin devant le Tribunal régional de Boudry (NE).

Le procès de la jeune mère de famille s'est déroulé ce jeudi matin devant le Tribunal régional de Boudry (NE). Image: Benjamin Pillard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Quand j’ai eu mon deuxième enfant il y a une année, je cherchais un travail à domicile pour pouvoir m’en occuper en même temps. Quelques mois plus tard, je suis tombée sur cette offre d’emploi sur Anibis…» Cuisinière de formation, Christelle* (21 ans) est surtout une adepte du jeu. Alors au chômage, son copain à l’aide sociale, cette jeune femme des Montagnes neuchâteloises a cédé à la tentation des paris sportifs sur internet. La moitié de ses 900 fr. d’indemnité de non-emploi y passait chaque mois.

Si bien que lorsqu’elle découvre une petite annonce proposant d’être rémunérée pour jouer le rôle d’intermédiaire financier, en février dernier, elle tente le coup. Et fait part de son intérêt à l'auteure de l’offre d’emploi frauduleuse - une certaine Jacqueline. Cette dernière recontacte Christelle exclusivement par la messagerie WhatsApp...

Voici comment l’employeur escroc a décrit à la Neuchâteloise en quoi allait consister son travail: «Je suis Suissesse d’origine mais je voyage beaucoup pour mes affaires. J’ai donc besoin de quelqu’un en Suisse; dynamique, et digne de confiance, pour recevoir les recettes de mes ventes, et les envoyer par un moyen de transfert d’argent rapide - tel Paco Money ou Small World - à mon conseiller financier. Vous serez payée 10% de la somme totale envoyée chaque jour, et les montants varient entre 350 et 4500 fr. chaque jour.»

Du tac au tac, la mère de famille lui répond, sur conseil de son copain: «OK, d’accord. Blanchiment? Que dois-je faire?» Bien entendu, Jacqueline assurera qu’il n’y a rien d’illégal. «Vous l’avez crue à 100%?» a lancé ce jeudi le juge unique Laurent Margot, lors du procès de la jeune femme au Tribunal de Boudry (NE). «Oui, répondra-t-elle. Mais que si ça allait trop loin, j’irais voir la police.» À la question de savoir ce qui l’avait rassurée, Christelle répondra: «Je ne me faisais pas arnaquer; sachant que pour moi, une arnaque, c’est quand on paie une marchandise à l’avance sans jamais la recevoir.»

«Vous ne vous êtes pas dit que ça puait?!»

«Avant de fournir mes coordonnées bancaires, j’avais demandé un contrat; elle me disait qu’elle allait m’en envoyer un», a poursuivi la Neuchâteloise. Trois jours plus tard, les premiers montants issus d’escroqueries sont versés sur son compte de la Banque Cantonale Neuchâteloise (BCN). 500 et 530 fr., versés par un Argovien et un Zurichois. Le premier a inscrit «Apple iPhone 8 plus» comme motif du versement...

«Cette Jacqueline - qui m’écrivait depuis un numéro de portable suisse - me disait de virer l’argent en faveur d’un certain Mahugnon Jean Eude Abassounon, établi au Bénin», a indiqué la mère de famille. «Vous ne vous êtes pas dit que ça puait?!» s'est exclamé le juge Margot. «J'allais recevoir un contrat; ça aurait prouvé que c'était réglo...»

Le surlendemain, elle percevra encore 870 fr. pour un ordinateur portable, et 180 fr. pour une Apple Watch… Son compte bancaire se verra encore crédité de quatre versements dans le courant de la semaine, pour un total de 3474 fr. Sur les 347 fr. de commission qu’elle se sera octroyés, Christelle a dû déduire ses frais d’essence jusqu’à aux agences Small World les plus proches, basées à Bienne (65 km de son domicile) et Lausanne (96 km). Soit près du tiers de ses gains.

La banque bloque le compte

Ces nombreux virements et retraits d’argent opérés en quelques jours ont attiré l’attention de la BCN, qui a procédé au blocage du compte, et suggéré à la mule d’une semaine de s’annoncer auprès de la gendarmerie.

Condamnée en avril par le Parquet régional pour blanchiment d’argent, la jeune femme a également été reconnue coupable ce jeudi par le Tribunal de Boudry. Son avocate avait plaidé l’acquittement, arguant que sa cliente, «naïve et attirée par l’appât d’un gain facile», ignorait que les fonds qu’elle transférait étaient le fruit d’escroqueries. «C’est elle-même qui a été piégée et manipulée, victime d’une cyberarnaque», a tenté Me Mélanie Kyburz.

300 francs avec sursis

Le juge Margot a confirmé la peine pécuniaire de 300 fr. avec sursis: «Ce n’est vraiment pas beaucoup compte tenu de l’importance des faits, mais cette sanction tient compte du rôle secondaire d’outil que vous avez joué - bien que très utile à l’escroc. Espérons que cette Jacqueline soit retrouvée.»

Le magistrat a cependant décidé d’annuler l’amende immédiate de 300 fr. infligée à la Neuchâteloise par le procureur Fabrice Haag. Une manière de compenser en partie les frais de justice mis à sa charge, passés de 400 à 1080 fr.

* Prénom d’emprunt


Lire aussi: Des milliers d’offres frauduleuses passent les filtres de sécurité

Lire aussi: Le «money muling»: l’arnaque en vogue sur les sites de petites annonces


Créé: 18.07.2019, 23h01

Articles en relation

Le «money muling»: l’arnaque en vogue sur les sites de petites annonces

Cybercriminalité Parmi les offres frauduleuses qui prolifèrent en ligne, certaines peuvent conduire le lésé à une condamnation pénale. Les pièges à éviter. Plus...

Des milliers d’offres frauduleuses passent les filtres de sécurité

Cybercriminalité Malgré des budgets annuels de lutte contre les arnaques conséquents, Anibis et Ricardo ne parviennent pas à détecter les escroqueries les plus sophistiquées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.