Drame de Courfaivre survenu après une bagarre

Courfaivre (JU)Une femme et un homme avaient été découverts sans vie lundi à Courfaivre (JU). L'état des lieux laisse apparaître qu'il y a eu une bagarre.

Une lettre d'adieu a été retrouvée au domicile des défunts dont l'auteur devra être identifié.

Une lettre d'adieu a été retrouvée au domicile des défunts dont l'auteur devra être identifié. Image: archive/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Ministère public du canton du Jura a donné des précisions sur la découverte lundi à Courfaivre (JU) des corps sans vie d'un homme et d'une femme d'une quarantaine d'années. Le drame laisse apparaître qu'il y a eu une bagarre.

«Les deux défunts présentaient des plaies sur le corps. Ils sont décédés, à la suite d'une lésion au cou avec un objet tranchant. L'état des lieux laisse apparaître qu'il y a eu une bagarre à l'étage de la maison. Au surplus, la femme présentait diverses coupures de défenses sur les mains», a indiqué vendredi le Ministère public.

Les corps sans vie, totalement dénudés des deux défunts, ont été retrouvés au sol dans une chambre. Deux armes blanches ont été retrouvées près des corps. Une lettre d'adieu a été retrouvée au domicile des défunts dont l'auteur devra être identifié, a précisé le Ministère public.

A la chasse

Le matin des faits, le défunt avait prévu de se rendre à la chasse avec un membre de sa famille. Il s'est rendu chez un ami à Courfaivre pour prendre en charge ses chiens de chasse. Il a été vu à 07h30. A 07h45, il a appelé son compagnon de chasse pour l'informer qu'il les rejoindrait dans le courant de l'après-midi.

Le véhicule du défunt a été retrouvé par la police à proximité du domicile de son ami avec les chiens de chasse à l'intérieur et son téléphone portable. Le Ministère public a précisé que l'enquête devra déterminer les raisons pour lesquelles le défunt s'est rendu au domicile familial alors qu'il avait pris des dispositions pour se rendre à la chasse.

Agression sexuelle par son conjoint

Revenant sur les jours précédant le drame, le Ministère public a expliqué que la défunte avait déposé plainte le 13 octobre contre son conjoint pour une agression sexuelle qui aurait été commise la nuit précédente alors qu'elle aurait été entravée et sous la menace d'une arme.

Elle avait été entendue le jour même par la police. Deux heures après la fin de son audition, son conjoint avait été interpellé et entendu sur les faits reprochés qu'il avait admis pour l'essentiel tout en les minimisant. Ses armes à feu ont été saisies.

Le lendemain, le conjoint a été entendu par le Ministère public durant plusieurs heures. Comme «il n'avait pas d'antécédents judiciaires et qu'il n'avait jamais commis d'acte de violence physique ou sexuel hormis les faits survenus mi-octobre, aucun élément ne laissait penser qu'il passerait à l'acte», a expliqué la procureure Laurie Roth.

Mesures respectées

Le Ministère public a ordonné des mesures à son encontre et il s'est engagé à les respecter. L'homme avait notamment l'interdiction de prendre contact avec la plaignante, de s'approcher d'elle. Les clés de son domicile avaient également été retirées.

Il a pris les dispositions pour respecter ces mesures et a quitté le domicile conjugal. Depuis que les mesures avaient été prononcées, le conjoint ne s'y était plus rendu, jusqu'au jour du drame. (ats/nxp)

Créé: 25.10.2019, 17h46

Articles en relation

Deux corps retrouvés dans un appartement

Canton du Jura Deux corps sans vie ont été retrouvés dans un appartement à Courfaivre (JU). Les circonstances de ces deux décès ne sont pas encore établies. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.