Il abat sa compagne et retourne l'arme contre la police

Drame à la ServetteL'octogénaire a été abattu par les gendarmes. Lors de la fusillade, un agent a été blessé par balle au visage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le drame s'est produit dans la nuit de lundi à mardi dans un immeuble défraîchi situé au 1 rue Hoffmann. Des cris et des coups de feu ont été entendus. Un important dispositif policier a été mobilisé. Deux personnes ont perdu la vie et un gendarme a été blessé par balle.

Il était environ 3 heures du matin, ce mardi, lorsque la centrale d'engagement de la police a demandé l'intervention de plusieurs patrouilles dans le quartier de la Servette suite à des coups de feu entendus dans un immeuble.

«En arrivant sur place, les policiers se sont retrouvés face à un homme et ont essuyé plusieurs tirs, rapporte Vincent Derouand, directeur de la communication du Pouvoir judiciaire. Les agents ont riposté et ont neutralisé cette personne, qui est décédée.»

«Un corps sans vie au sol»

«Au cours de la fusillade, un policier a été blessé par balle au visage, mais son pronostic vital n'est pas engagé, précise le directeur. Dans l'appartement, les agents ont découvert le corps sans vie d'une femme inconnue qui gisait sur le sol.»

Selon une source proche de l'enquête, l'homme qui a été abattu par la police serait un octogénaire. Il se serait violemment disputé avec sa compagne, âgée d'une soixantaine d'années. Il lui aurait alors tiré dessus. A l'arrivée des policiers, il aurait fait mine de se suicider avant de mettre les agents en joue et d'ouvrir le feu. Les gendarmes ont alors riposté et l'ont tué.

«Sept coups de feu»

L'intervention nocturne n'est pas passée inaperçue dans le voisinage. «Vers 3h du matin, j'ai été réveillé par ma compagne qui avait entendu du vacarme, raconte Joao, 22 ans, qui habite au premier étage de l'immeuble. Il y avait des bruits de dispute. Je suis allé regarder par le judas de la porte et j'ai vu des policiers lourdement armés monter les escaliers.»

«J'ai entendu au moins sept coups de feu, suivis d'autres après l'arrivée de la police», affirme une autre voisine.

«Vers 4 du matin, un policier a sonné à ma porte, rapporte cette dame qui habite de l'autre côté de la rue. Il m'a dit qu'il y avait des coups de feu dans l'immeuble d'en face et qu'il y avait un blessé. Il m'a ensuite demandé si j'avais une fenêtre. Après avoir éteint les lumières, les agents se sont postés sur mon balcon pour observer puis ils sont repartis.»

L'enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire et à l'inspection générale des services, sous la direction du Ministère public.

Créé: 09.02.2016, 12h02

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.