Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

«Plus on enferme l’humain, moins il peut se réinsérer»

La Suisse a un taux de récidive de 15% alors que les USA affichent un taux de 60%.

On dit parfois que nos prisons sont dignes d’un hôtel. Vrai?

La population carcérale a beaucoup augmenté depuis 2011 à cause de la Suisse romande. La surpopulation dans nos prisons en témoigne. Comment l’expliquez-vous?

Nous avons toujours plus de détenus âgés alors que la durée et la sévérité des peines n’ont pas augmenté. Pourquoi?

En 1985, 70% des détenus étaient Suisses. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 30%. Une analyse?

Vous rappelez qu’entre 1984 et 2014, un tiers des hommes de nationalité suisse, entre 18 et 48 ans, ont eu au moins une inscription à leur casier judiciaire. C’est énorme!

Vous dites que peu importe la sévérité de la peine, la prison ne fait pas diminuer la récidive. Et qu’il faut donc assouplir la politique carcérale. Pile à contre-courant de l’opinion publique…

On vous rétorquera que la sévérité est nécessaire car il ne faut plus jamais d’affaire Marie ou Adeline.

Vous écrivez aussi que la prison est aujourd’hui largement un instrument de régulation des flux migratoires. Que voulez-vous dire?