L'incendie de Gansingen cachait un meurtre-suicide

Canton d'ArgovieUne enquête du Ministère public sur l'incendie de mars 2017 révèle qu'un homme a assassiné sa compagne avant de mettre fin à ses jours.

Il a fallu plus d'un an aux autorités pour démêler le drame de Gansingen.

Il a fallu plus d'un an aux autorités pour démêler le drame de Gansingen. Image: Kapo Aargau

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Ministère public de Rheinfelden-Laufenburg et la police cantonale argovienne ont bouclé leur enquête sur l'incendie qui avait complètement détruit une maison familiale à Gansingen (AG) dans la nuit du 19 mars 2017. Deux cadavres avec des blessures par balles avaient été découverts dans les décombres.

Leur conclusion montre que l'homme de 59 ans a assassiné sa compagne de 50 ans peu après minuit à coups de revolver. L'homme a ensuite mis fin à ses jours, raconte 20 Minuten.

L'homme avait aussi préparé un système avec des bouteilles de gaz qui a déclenché une explosion vers 04h00. Elle a presque totalement ravagé la maison. Comme l'auteur du meurtre est décédé, le Ministère public a classé la procédure engagée à son encontre.

Les pompiers sur les lieux de l'intervention en mars 2017

Créé: 20.04.2018, 10h15

Articles en relation

Les victimes présentent des blessures par balles

Argovie Deux cadavres avaient été découverts dans les décombres d'une villa de Gansingen ravagée par les flammes. Ils étaient déjà morts avant l'incendie. Plus...

Deux morts dans l'incendie d'une habitation

Argovie Une maison a explosé tôt dimanche matin à Gansingen. Deux corps ont été retrouvés par la police. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.