Les juges de Monthey ont-ils «violé le droit fédéral»?

ValaisUne procureure a fustigé le tribunal de district qui avait infligé des peines de prison avec sursis à l’encontre de la plupart des auteurs d’une sanglante rixe à 10 contre 1.

En avril 2017, l'intérieur du muscle du bras gauche de la victime (un paysagiste et ex-boxeur aujourd’hui âgé de 28 ans) avait dû être cousu, et la peau refermée avec de grosses agrafes.

En avril 2017, l'intérieur du muscle du bras gauche de la victime (un paysagiste et ex-boxeur aujourd’hui âgé de 28 ans) avait dû être cousu, et la peau refermée avec de grosses agrafes. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Six coups de couteau ont été infligés, en avril 2017, à un noctambule de 26 ans par de petites frappes de Monthey (VS) devant un bar de leur ville. Les lésions les plus graves étaient longues d’une vingtaine de centimètres, pour trois à quatre de profondeur. L’expertise médicolégale avait établi qu’un seul mouvement «même relativement minime» de la victime (un paysagiste et ex-boxeur de 115 kg) aurait suffi à ce que l’un des coups de lame atteigne sa cage thoracique. Et pourtant: à l’heure du jugement des dix membres de cette bande de multirécidivistes, au printemps dernier, les juges de district étaient d’avis que la mise en danger de l’armoire à glace n’aurait été «que théorique».

Un raisonnement que la procureure Emmanuelle Raboud a longuement fustigé ce lundi devant le Tribunal cantonal. La représentante du Parquet avait fait appel contre l’ensemble des condamnations, afin que la qualification juridique de tentative de meurtre et non de rixe soit retenue pour l’ensemble des coaccusés (aujourd’hui âgés de 21 à 31 ans). «Les juges de première instance ont violé le droit fédéral en ne retenant même pas l’infraction de lésions corporelles graves, laquelle n’a pas été examinée», a tancé la magistrate. Et d’estimer que la Cour s’est en outre «trompée» en ne considérant pas que le gang ait pu préméditer la sanglante agression. Si bien qu’au final les multirécidivistes s’en étaient tous sortis avec des peines oscillant entre un et quatre ans de prison, la plupart avec sursis (l’un avait été acquitté et indemnisé 19'200 francs pour ses quatre mois passés en préventive).

Des condamnations proches des 10 mois avec sursis décidés à l’encontre du paysagiste, qui a reconnu avoir asséné un coup de poing à celui qui l’avait fait sortir du bar. «Le sursis a été trop généreusement octroyé, même à ceux dont les palmarès d’infractions feraient pâlir les détenteurs de records», a poursuivi la procureure Raboud, à l’heure de requérir de nouveau 5 à 7 ans de réclusion ferme pour chacun des membres de la bande. Des peines assorties d’une expulsion vers le pays d’origine des cinq, qui n’ont pas été naturalisés (deux Kosovars et trois Portugais). «Tous ont frappé la victime d’une manière ou d’une autre: il n’est pas nécessaire de déterminer qui a donné quel coup de pied ou de tesson de bouteille. Ni qui a poignardé.» Le verdict d’appel sera rendu ultérieurement.

Créé: 13.01.2020, 21h59

Articles en relation

Agression à Monthey: les dix auteurs sont condamnés

Procès La justice valaisanne a infligé des peines de 1 à 4 ans de prison à l’encontre des jeunes qui avaient poignardé un noctambule de 26 ans en avril. Plus...

5 à 7 ans de prison requis pour 6 à 7 coups de couteau

Justice Le Ministère public demande des peines de réclusion ferme à l’encontre de dix jeunes qui s’étaient acharnés sur un noctambule de 26 ans devant un bar de Monthey, une nuit d’avril 2017. Cinq d’entre eux pourraient être expulsés vers leurs pays d'origine. Plus...

Au tribunal pour avoir tabassé un homme à 10 contre 1

Justice Le procès des dix jeunes de Monthey ayant infligé de multiples coups de couteau et de tessons de bouteille à un noctambule de 26 ans s'est ouvert à Sion. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...