Une nouvelle reconstitution avance la thèse du suicide

Drame de SierreUne nouvelle enquête demandée par les familles des survivants conclut que le chauffeur a intentionnellement projeté son bus contre la paroi du tunnel.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La reconstitution de l'accident de car de Sierre effectuée par le bureau néerlandais d'enquêtes forensiques IFS à la demande de familles de victimes, apporte de l'eau au moulin des défenseurs de l'hypothèse du suicide du chauffeur. Mais pour la veuve de ce dernier, les premiers résultats rendus publics lundi suscitent plus de questions qu'ils n'en résolvent.

Selon la reconstitution, «le mouvement de volant du chauffeur de bus, ayant entraîné la collision, a été effectué consciemment», a affirmé Selma Eikelenboom, experte du bureau IFS (Independent Forensic Services) sur une chaîne néerlandaise. Cela confirmerait, selon elle, l'hypothèse d'une tentative de suicide sous l'influence d'antidépresseurs.

Une telle conclusion a cependant été écartée par l'enquête de la justice valaisanne. Le procureur a annoncé le 30 juin dernier qu'il classait la procédure pénale. Il n'a pas souhaité se prononcer sur la reconstitution qui est une démarche privée des familles.

La veuve du conducteur riposte

La veuve du chauffeur de car, Evy Laermans, met, elle, en doute la reconstitution effectuée début juillet aux Pays-Bas. «Un autre type de bus a été utilisé à cette occasion, a-t-elle déclaré mardi à l'agence de presse Belga.

Pour les experts néerlandais, cela ne fait pas de différence. Au contraire, affirme Evy Laermans, «chaque véhicule réagit différemment, et plus particulièrement, s'il s'agit d'un autre modèle de bus».

Centre de gravité et poids

De plus, «les passagers étaient assis plus hauts que les chauffeurs dans le bus accidenté. Le véhicule avait donc un centre de gravité plus élevé. Un engin disposant d'un centre de gravité élevé va réagir autrement qu'un bus conçu avec un centre de gravité plus bas», poursuit-elle.

La veuve se pose également plusieurs questions concernant le poids du bus utilisé lors de la reconstitution, et dont la réaction varie s'il transporte ou non des passagers et des bagages. «Nous n'avons aucune information sur les éléments qui influencent l'équilibre de l'autocar», pointe Evy Laermans.

Le 13 mars 2012, le car belge transportait deux classes de Lommel et d'Heverlee (B). Il a percuté la paroi d'un tunnel autoroutier à Sierre, faisant 28 morts, dont 22 enfants.

Créé: 15.07.2014, 11h35

Articles en relation

La justice classe la procédure pénale de l'accident de Sierre

Valais Le volet pénal de la procédure est classé informe la justice valaisanne. Les seules causes envisageables de l'accident sont liées au chauffeur décédé. Plus...

Les parents vont reconstituer le drame de Sierre en Belgique

Accident Un bureau néerlandais d'enquêtes spécialisées effectuera le mercredi 2 juillet en Belgique une reconstitution de l'accident de bus de Sierre en mars 2012. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.