Un procès financier hors norme s'ouvre à Genève

JusticeUn ancien gestionnaire de fortune du Credit Suisse est accusé d'avoir détourné des dizaines de millions de francs.

Image prétexte.

Image prétexte. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le procès d'un ancien gestionnaire de fortune du Credit Suisse s'ouvre lundi devant le Tribunal correctionnel de Genève. Le prévenu, 54 ans, est poursuivi pour avoir détourné des dizaines de millions de francs. Les débats doivent durer jusqu'au 26 janvier.

La principale victime de l'escroquerie est l'ex-premier ministre géorgien Bidzina Ivanishvili. Le milliardaire a fait fortune lors de l'effondrement de l'URSS en se lançant dans la banque. Dans cette affaire, il a perdu pour environ 150 millions de dollars, qui ont été siphonnés sur ses comptes par le gestionnaire indélicat.

L'accusé a détourné cet argent à son profit ou pour renflouer les comptes de certains de ses autres clients afin de leur cacher les pertes qu'ils avaient subies à la suite de la crise de 2008 ou de ses mauvaises décisions. Le but du prévenu était de conserver ses clients, car sa rémunération dépendait en partie de ses résultats.

L'ancien gestionnaire a aussi procédé à des transactions et des investissements avec les fonds de Bidzina Ivanishvili, sans le consentement de ce dernier. Il a ainsi pu percevoir à l'insu de tout le monde des commissions liées à ces opérations, dont certaines se sont soldées par des pertes importantes.

Un ex-sénateur trompé

L'ancien sénateur russe Vitaly Malkin, un ami et ex-associé en affaires de Bidzina Ivanishvili, est l'autre personnalité qui se trouve malgré elle impliquée dans cette affaire. L'accusé avait la responsabilité de la gestion de l'argent de l'oligarque. Il lui a acheté sans autorisation des titres qui ont perdu de leur valeur.

Pour couvrir les pertes subies par Vitaly Malkin, le prévenu a vendu ces titres à Bidzina Ivanishvili à un prix supérieur au marché. Selon l'acte d'accusation, le gestionnaire a agi ainsi pour «conserver sa clientèle et ses revenus qui étaient notamment basés sur les performances réalisées et la masse sous gestion».

Les manigances de l'ancien gestionnaire de fortune ont pris fin en septembre 2015, lorsque le Credit Suisse a découvert le pot aux roses. Le prévenu est actuellement détenu à la prison de La Brenaz, en exécution anticipée de peine. Il doit répondre d'escroquerie par métier, faux dans les titres et gestion déloyale aggravée.

Une enquête difficile

La procédure dans cette affaire a été extrêmement longue et complexe. La justice a eu besoin de 45 audiences pour démêler l'écheveau. Le Ministère public genevois a aussi envoyé plusieurs commissions rogatoires et a effectué un travail de bénédictin pour analyser la documentation qu'il avait saisie. (ats/nxp)

Créé: 15.01.2018, 05h49

Articles en relation

Pas de huis clos pour le fils d'Ueli Maurer

Canton de Zurich Le public ne pourra toutefois pas assister au procès et les faits retenus contre le fils du conseiller fédéral UDC ne sont pas connus. Plus...

Le procès d’un migrant bouc émissaire

Hongrie Condamné à 10 ans de prison pour «terrorisme», Ahmed H. est rejugé cette semaine en Hongrie. L'affaire mobilise les milieux humanitaires. Plus...

La Tunisie peine à tenir les procès des attentats

Tunisie Commencées il y a six mois, les procédures visant les attaques du Bardo et de Sousse ont été ajournées mardi. Pour la troisième fois. Plus...

Le verdict du procès Schwarzenbach en avril

Canton de Zurich Les audiences du procès du milliardaire zurichois, accusé d'importation illégale d'oeuvres d'art, se sont achevées mercredi à Bülach (ZH) avec le témoignage d'un enquêteur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.