Les familles nombreuses moins exposées au cancer

ZurichDes chercheurs zurichois et australiens ont mis en exergue la corrélation entre la taille de la famille et la maladie du cancer.

La vie familiale procure un environnement émotionnel influençant positivement la résistance au cancer.

La vie familiale procure un environnement émotionnel influençant positivement la résistance au cancer. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les familles nombreuses ont un risque de cancer inférieur à la moyenne, selon une étude de chercheurs zurichois et australiens. Etonnamment, cet effet protecteur est davantage marqué chez les hommes.

Une équipe de l'Université de Zurich (UZH) et de l'Adelaide Medical School s'est livrée à une méta-analyse de données portant sur 178 pays. Son constat: au niveau mondial, plus la famille est petite, plus la fréquence de certains cancers augmente.

«C'est le cas indépendamment du revenu, du degré d'urbanisation et de l'âge», indique Maciej Henneberg, co-auteur de ces travaux à l'UZH, cité mercredi dans un communiqué de cette dernière. Et ce n'est pas seulement le noyau familial - parents et enfants - qui compte, mais aussi le ménage élargi.

Plus le nombre d'enfants et la taille de la famille sont importants, moins l'on observe de cancers du poumon, de la vessie, de l'estomac, de la peau, du sein, du côlon, des ovaires, de l'utérus ou encore du cerveau.

Les hommes mieux protégés

Il était connu que plus une femme a eu de grossesses, moins elle risque un cancer du sein ou des ovaires. Les scientifiques ont donc été surpris de leurs résultats, qui indiquent que l'effet protecteur lié à la taille de la famille est plus prononcé chez les hommes.

Une explication possible est selon eux que la vie familiale, même si elle peut être stressante sous certains aspects, procure un environnement émotionnel influençant positivement la résistance générale aux maladies en général et au cancer en particulier.

L'être humain est issu de 4 millions d'années d'adaptation à la vie familiale classique comprenant parents et enfants, soulignent encore les auteurs. Il s'avère maintenant qu'un tel soutien mutuel est également important pour prévenir des maladies comme le cancer, selon ces travaux publiés dans la revue BMC Cancer. (ats/nxp)

Créé: 10.10.2018, 15h31

Articles en relation

Les cabines de bronzage en passe d'être interdites

France Les autorités françaises mettent en avant le risque «avéré» de cancer pour interdire les activités de bronzage artificiel. Plus...

Dépistage du cancer négatif pour Duterte

Philippines Le chef d'Etat philippin, âgé de 73 ans, a révélé mardi que ses examens de dépistage du cancer s'étaient révélés négatifs. Plus...

Le raisin protège contre le cancer du poumon

Santé Des scientifiques de l’Université de Genève ont découvert les propriétés étonnantes d’une molécule très connue des chercheurs. Plus...

«Je ne sais pas où j'en suis physiquement»

Philippines Rodrigo Duterte attend les résultats du dépistage du cancer qu'il a entrepris à la demande de ses médecins. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.