«Il faudra s’habituer à vivre avec le coronavirus»

ÉpidémieLa Suisse comptait jeudi soir huit cas: un à Genève, un dans le canton de Vaud, un à Zurich, un en Argovie, un à Bâle-Ville, deux aux Grisons et un au Tessin. Berne a lancé une campagne d’information.

Daniel Koch, responsable de la division Maladies transmissibles et Pascal Strupler, directeur de l'Office fédéral de la santé publique font le point sur le coronavirus.

Daniel Koch, responsable de la division Maladies transmissibles et Pascal Strupler, directeur de l'Office fédéral de la santé publique font le point sur le coronavirus. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La situation évolue rapidement, mais nous sommes prêts à agir en conséquence.» Pour la troisième fois de la semaine, le directeur de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), Pascal Strupler, a réuni jeudi la presse à Berne pour faire le point sur le coronavirus.

En vingt-quatre heures, le nombre de cas confirmés est passé à huit. Au sexagénaire tessinois s’ajoutent un frontalier de 49 ans travaillant dans le canton de Vaud, un Genevois de 28 ans qui rentrait de Milan, une Zurichoise de 30 ans et une éducatrice de la petite enfance de Bâle-Ville passées par la même ville, un Argovien de 26 ans qui a séjourné à Vérone pour affaires et deux enfants italiens en vacances en Haute-Engadine (GR). Sept de ces personnes ont eu un contact avec l’Italie, principal foyer du coronavirus en Europe. On ignore ce qu’il en est pour le cas vaudois.

«Ces individus vont bien, ajoute Daniel Koch, responsable de la division Maladies transmissibles à l’OFSP. Elles sont hospitalisées et isolées. Quant aux personnes en contact, elles ont été placées en quarantaine.» Mais ce n’est qu’un début: davantage de cas vont apparaître ces prochains jours.

«Les préoccupations de la population sont nombreuses et engendrent beaucoup de tests de dépistage. Nous sommes parfois à la limite pour les acteurs de la santé, détaille Daniel Koch. Nous allons essayer de détecter toutes les personnes atteintes et d’identifier leurs proches. Lorsque le système sera débordé, nous nous concentrerons alors sur les cas graves.» Et de rappeler que la majorité des personnes touchées ne connaissent pas de complication. «Il faudra s’habituer à vivre avec. Le virus ne va pas disparaître du monde. Et je ne crois pas que l’Europe soit une exception. La Suisse non plus.»

«La propagation va venir»

Pour l’heure, l’objectif de l’OFSP est d’éviter une propagation. Elle lance une vaste campagne d’information. Le message rappelle les règles élémentaires d’hygiène et de comportement à adopter: se laver les mains régulièrement, éternuer dans son coude, ou dans un mouchoir qui doit être jeté. Enfin, en cas de symptômes – fièvre, toux –, rester à la maison. Ces pictogrammes sur fond jaune seront placardés dans des espaces publics, mais aussi diffusés par les médias.

«La couleur jaune a été choisie afin que la population identifie immédiatement un message important qu'il faut prendre au sérieux. Lorsque la situation se dégradera, le fond deviendra rouge», précise Simone Eigenmann, responsable de la section Prévention et promotion de l’OFSP. Aux frontières avec l’Italie, dans les grandes gares et dans certains restoroutes, près de 200'000 dépliants ont déjà été distribués. Les voyageurs en provenance d’Italie sont priés d’éviter la foule (par exemple les manifestations sportives). Car il est alors impossible de retrouver toutes les personnes avec lesquelles il y a eu un contact. La hotline* dédiée au virus sera également disponible en tout temps.

«Pour l’heure, il n’y a pas de propagation, mais elle va venir, note Virginie Masserey, cheffe de la section Contrôle de l'infection à l’OFSP. Chacun doit savoir comment se protéger et protéger les autres. Notamment les personnes les plus vulnérables. Le virus se transmet par les gouttelettes qui sont expulsées par des malades lorsqu’ils toussent ou éternuent.» Ces gestes simples d’hygiène sont un rempart efficace.

Distribution de masques

Daniel Koch est également revenu sur la pénurie de masques qui frappe les cantons. «Nous allons distribuer une partie des réserves de la Confédération.» Et de préciser que les masques professionnels sont destinés aux acteurs de la santé et les masques d’hygiène aux malades et à eux seuls. «C’est inutile que tout le monde se couvre le visage.»

Les nouveaux cas enregistrés ont déjà eu des conséquences sur l’organisation d’événements. Plus grand événement sportif amateur du pays, le Marathon de ski de fond de l’Engadine est annulé. Tout un symbole.

L’avancée du coronavirus a également des conséquences sur la tenue de la journée annuelle des cadres du Département de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS). Alors qu’elle aurait dû se tenir ce vendredi à Payerne (VD), les quelque 850 participants ont appris qu’elle serait reportée. «Le DDPS doit être paré à toute éventualité, explique Renato Kalbermatten, chef de communication. En cas d’épidémie, nous pourrions être appelés en renfort.» Et il serait fâcheux que les plus hauts cadres DDPS ne puissent pas remplir leurs obligations parce qu’ils auraient été mis en contact avec le virus.

À Berne, certains s’interrogent même sur la tenue de la session parlementaire qui doit débuter lundi, à l’image du chef de groupe UDC Thomas Aeschi (UDC/ZG). «La question se pose, reconnaît Pascal Strupler. Mais il est trop tôt pour trancher. Attendons de voir ce qui passe ces prochains jours.»

Quant à l’éventualité d’un vaccin, l’OFSP ne veut pas se mouiller. «Il faut en général 10 ans pour en développer un. Cette fois, les chercheurs ne partent pas de zéro, puisqu’ils peuvent s’inspirer des recherches sur le SRAS. Certains évoquent un vaccin dans les mois qui viennent. Mais il ne s’agit que de spéculations», rappelle Virginie Masserey.


*Ligne infos coronavirus 058 463 00 00 Tous les jours de 8h à 18h

Créé: 27.02.2020, 19h55

8


Le nombre de cas confirmés en Suisse jeudi soir

Articles en relation

Le patient zéro genevois travaille à l'Aide à domicile à Carouge

Coronavirus Rentré de la Fashion Week de Milan, qui s'est terminée dimanche, l'homme a été mis en observation. Plus...

Premier cas d’infection dans le canton de Vaud

Coronavirus Le malade concerné travaille dans le canton, mais habite en France voisine. Son cas ne suscite pas d’inquiétude. Sa prise en charge fait partie d’un dispositif bien plus large. Plus...

Viola Amherd reporte la Journée des cadres de l'armée

Coronavirus L'événement qui devait réunir quelque 850 employés du Département de la défense n'aura pas lieu ce vendredi à Payerne. Plus...

La Suisse romande touchée par le coronavirus

Épidémie De retour d'Italie, un homme de 28 ans a été admis aux HUG mercredi. Il se porte bien, affirment les autorités. Plus...

«L’économie mondiale n’échappera pas à un ralentissement jusqu’à fin mars»

Coronavirus La Bourse suisse continue de fonctionner en mode de crise. Toutes les actions cotées au Swiss Market Index ont perdu de la valeur jeudi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.