Fausse alerte: l'avocat pense obtenir la semi-détention

Avion bloquéLe Ministère public genevois a condamné vendredi à six mois de prison ferme l'homme qui a lancé une fausse alerte à la bombe.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous n'avons pas encore défini si nous allons faire opposition ou non», indique l'avocat du passager qui a lancé une fausse alerte à la bombe pour retarder l'avion qui devait l'emmener à Moscou. «Nous avons dix jours ouvrables pour tenter de réduire la peine infligée par le Ministère public genevois, soit jusqu'au 27 octobre», précise Pierre Ventura, avocat à Lausanne. Six mois de prison ferme est une peine sévère, considère encore l'avocat qui pense pouvoir plaider une semi-détention. Son client est actuellement libre, dans l'attente de l'entrée en force de la décision de la justice genevoise.

L'homme à l'origine de la dernière fausse alerte à Cointrin, jeudi 13 octobre, habite Montreux. Il a 39 ans, est né à Bombay et est arrivé en Suisse à 18 ans, indique Le Matin qui l'a rencontré. Il travaille dans un restaurant. Il avait programmé un voyage en Inde en faisant escale à Moscou. Cependant le matin de son envol, son appartement a été cambriolé, raconte-t-il en présentant à la journaliste un procès-verbal de la police de la Riviera vaudoise. Il a donc annulé son vol et pensait qu'une place lui était réservée pour la liaison du lendemain.

Il débarque donc à Cointrin. Au guichet, Aeroflot lui réclame 945 francs. Il conteste. On le fait attendre. Revient au guichet où il déclare qu'une bombe est dans l'avion. L'alerte est aussitôt donnée. L'avion qui avait entamé son décollage revient vers l'aérogare, 116 passagers sont débarqués en urgence. L'appareil est inspecté de fond en comble.

Le passager est lui arrêté. Il n'en est pas à sa première frasque avec la justice. Selon Le Matin, il a notamment été condamné pour diverses infractions routières.

Les services du procureur général peuvent modifier l'ordonnance de condamnation ou la maintenir. Dans ce cas, l'affaire passera devant le tribunal de police.

Condamnée à trois mois ferme

Fin juillet dernier, une femme qui avait lancé une fausse alerte à la bombe, bloquant partiellement l'aéroport de Genève, a été condamnée le 28 juillet à trois mois ferme par le Tribunal correctionnel d’Annecy. Mi-septembre, la femme a en outre reçu la facture de la police genevoise qui a été mobilisée quelque 880 heures: 90'000 francs.

«Il n’y a aucune raison que le contribuable paie», avait estimé Pierre Maudet, chef du département de la sécurité du Canton. Le magistrat qui avait suivi à distance la comparution immédiate de la quadragénaire avait alors déclaré: «Je salue la rapidité et la fermeté des autorités judiciaires françaises».

Créé: 18.10.2016, 11h54

Articles en relation

Un avion bloqué après une fausse alerte à la bombe

Genève Un homme a affirmé qu'une bombe se trouvait à bord d'un appareil d'Aéroflot. L'appareil a été évacué. Plus...

Six mois de prison pour la fausse alerte à la bombe

Genève aéroport L'individu qui a cloué au sol un avion en phase de décollage jeudi a été reconnu coupable de «menaces alarmant la population». Plus...

Sa crise de jalousie va lui coûter très cher

Aéroport de Genève L'auteure de la fausse alerte à la bombe, qui a mobilisé les forces de l'ordre le 26 juillet dernier, devra payer 90'000 francs. Plus...

Alerte à la bombe à Cointrin

Cointrin Une partie de la zone des départs évacuée vers 16h. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.